Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale de la tolérance zéro à l’égard des Mutilations Génitales Féminines
Publié le mardi 6 fevrier 2018  |  CNDHCI
CNDHCI:
© Abidjan.net par DA
CNDHCI: 8e édition du forum des Droits de l`Homme
Mardi 16 août 2016. Abidjan. Namizata Sangaré, présidente de la CNDHCI, a présidé la cérémonie de la 8e édition du forum des Droits de l`Homme à la salle de conférence du médiateur de la république. Au cours de cette cérémonie, le professeur Bléou Martin a animé une conférence autour du thème:" Quelle place pour les Droits de l`Homme dans la nouvelle constitution?". Photo: Namizata Sangaré, présidente de la CNDHCI
Comment


Les Mutilations Génitales Féminines constituent une atteinte grave à l’intégrité physique et psychologique de la fille et font parties des pires formes de violences faites aux femmes.

Cette pratique constitue une violation des droits des filles et l’objectif 5 de développement durable rappelle qu’il est important d’ « Éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et la mutilation génitale féminine. » et invite donc impérativement à y mettre fin d’ici à 2030.

En Côte d’Ivoire l’excision concerne plus de 38% de femmes et s’étends à l’ensemble du territoire avec des zones de prédominances, notamment le Nord, le Nord-Ouest, l’Ouest et le Centre-Nord. Et de plus en plus, on constate l’urbanisation du phénomène avec plus 36% de femmes à Abidjan.

Le Gouvernement a mis en œuvre des politiques multisectorielles pour lutter contre ce fléau, mais la Commission Nationale des Droits de l’Homme continue de s’inquiéter de la persistance de cette pratique qui a même couté la vie en 2017 à un bébé de deux mois à Grand-Bassam.

La CNDHCI voudrait donc à l’occasion de la Journée Internationale de la tolérance zéro à l’égard des Mutilations Génitales Féminines, interpeller les populations et rappeler aux communautés qui continuent de s’adonner à cette pratique d’un autre temps, que l’excision est un délit réprimé par la loi n°98-757 du 23 décembre 1998 qui stipule que : « Quiconque commet une mutilation génitale féminine est puni d’un emprisonnement de 1 à 5 ans et d’une amende allant de 360 000 à 2 000 000F CFA ».

La Commission Nationale des Droits de l’Homme ;


Encourage le Gouvernement à poursuivre ses efforts, à travers des mesures appropriées et urgentes afin de lutter efficacement contre ce phénomène avec la plus grande fermeté ;


Invite les organisations de la société civile à maintenir leur engagement et à coordonner leurs efforts afin de combattre efficacement cette pratique inhumaine et dégradante en prenant en compte les nouvelles stratégies de contournement.

Invite la population toute entière à s’engager à barre le chemin à de telles pratiques en sensibilisant les personnes qui s’adonnent à ces actes et au pire des cas en les dénonçant aux autorités et organisations compétentes.

Réaffirme sa détermination à s’engager auprès du Gouvernement, de la Communauté Internationale et de tous les autres acteurs pour éradiquer les mutilations génitales féminines d’ici 2030.


Fait à Abidjan le 6 Février 2018


Namizata SANGA
Commentaires


Comment