Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Art et Culture

Livresque / dédicace du roman "le destin de Kokoua : Le combat de la survie" de Arsène Koffi Kouadio

Publié le lundi 19 mars 2018  |  Abidjan.net
Culture
© Abidjan.net par PR
Culture : cérémonie de dédicace du livre "le destin de Kokoua :Le combat de la survie"
Abidjan le 17 mars 2018. L`auteur Arsène Koffi Kouadio a procédé ce samedi à la dédicace de son roman de 134 pages "le destin de Kokoua : Le combat de la survie" publié chez Les Nouvelles Éditions Balafons.


L’auteur Arsène Koffi Kouadio a procédé ce samedi à la dédicace de son roman de 134 pages reparties en deux grands chapitres "le destin de Kokoua : Le combat de la survie" publié chez Les Nouvelles Éditions Balafons.

L’histoire s’articule autours de deux destins qui s’emboîtent : le destin de Djouman et le destin de Kokoua, celui d’un père et de son fils. Toute la première partie nous donne l’occasion de découvrir Djouman, jeune planteur, dynamique et irréprochable, marié à une femme.

Le destin de Kokoua permet de saisir les réalités d’une Afrique confrontée à la fois à ses traditions et à ses contradictions internes. Au village comme en ville, les personnages sont exposés à toutes sortes de défis qu’ils doivent relever.

"La littérature est l’âme qui soigne l’esprit. Il est important en tant que jeune d’emmener cette jeunesse à une prise de conscience à travers des débats d’idée pour construire la Côte d’Ivoire de demain" a soutenu l’auteur issu de la 26e promotion de l’Institut de Formation des Agents de Santé (INFAS).

Pour sa part, ayant connu difficulté sur difficulté, aujourd’hui il a pu faire le premier pas en offrant des opportunités son pays pour son essor économique.

"La jeunesse doit prendre son destin en main, construire son identité et être dans les instances décisionnelles" a-t-il exhorté.

Aby Raoul, maire de la commune de Marcory, par ailleurs parrain de la cérémonie, avant d’offrir 100 livres à la promotion de l’auteur a exhorté les étudiants à prendre leur travail au sérieux car, dira-t-il, "après l’INFAS, on peut faire autre chose".

Atapointe
Commentaires


Comment