Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Réforme de la CEI - Journée chaude entre le groupe à Affi et les forces de sécurité, une résolution de refus déposée contre l’organe

Publié le jeudi 22 mars 2018  |  Pôle Afrique
Marche
© Abidjan.net par Serge T.
Marche de l’opposition devant la Constitution Électorale Indépendante​ (CEI)​
Jeudi 22 Mars 2018 Abidjan. ​Lors de la manifestation de l`opposition devant la CEI ​marquée par la remise d`une motion de protestation aux dirigeants de l`institution, ​un journaliste blogue​ur a été interpellé par les forces de l`ordre.


Le dispositif sécuritaire était impressionnant au siège de la Commission Électorale Indépendante (CEI), à Abidjan Cocody, ce jeudi 22 mars. La plateforme de 20 partis de l’opposition, a décidé de déposer une résolution relative au retrait de leur confiance et caution à l’organe chargé des élections en Côte d’ivoire, et leurs membres.

Ils n’étaient pas nombreux ce matin devant la CEI. Mais les forces de sécurité, elles, n’ont pas fait dans la dentelle. 9 cargos et des 4×4 de la police et de la gendarmerie, ont bouclé la zone. Les manifestants ont été repoussés à plus de 100 mètres du siège de l’organe. Des journalistes pris pour cible, ont été gazés, d’autres interpellés. C’est la situation qui prévalait ce matin au carrefour Duncan, à Abidjan Cocody 2 plateaux. Les responsables de l’opposition ont quand même tenu à déposer leur résolution à la CEI et la presse n’était pas la bienvenue. Selon le président du Front Populaire Ivoirien, Pascal Affi N’Guessan, il était important de notifier à l’organe que sa mission est terminée.

« La CEI se laisse instrumentaliser par le pouvoir dans un processus anticonstitutionnel. Les élections sénatoriales que cette CEI veut organiser, viole deux fois la Constitution. D’abord, par rapport au fait que le Sénat n’existe pas. On ne peut pas élire les membres d’une chambre qui n’existe pas. Ensuite, le Président prend une ordonnance pour l’organisation de ces élections en outrepassant l’Assemblée nationale et enfin le refus de respecter l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme. C’est donc pour tout cela que, nous allons déposer cette résolution pour signifier à cette institution, qu’elle est forclose » a estimé l’opposant.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment