Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Art et Culture

FEMUA 11: Le HCR et la Fondation Magic System formalisent leur partenariat

Publié le jeudi 12 avril 2018  |  Fraternité Matin
FEMUA
© Autre presse par DR
FEMUA 11: signature de convention entre le HCR et le groupe musical, Magic System
Le Représentant Résident du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR) en Côte d`Ivoire, Askia Mohamed Touré et le groupe musical, Magic System ont signé une convention dans le cadre de la 11ème édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA).


Une problématique d’actualité qui sera traitée sous toutes ses coutures pendant tout le temps que dureront les festivités. Face à cette question qui constitue le cœur des activités du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Hcr), cette structure onusienne spécialisée, a décidé d’apporter un soutien conséquent à la Fondation Magic System pour aider à la lutte contre ce fléau qui cause des milliers de morts parmi la jeunesse africaine.

Pour matérialiser sa volonté, le Hcr a signé une convention avec la Fondation Magic System représentée par Traoré Salif dit A’salfo, commissaire général du Femua, par ailleurs lead vocal du groupe Magic System. C’était dans les locaux de l’organisme aux II-Plateaux ce jeudi 11 avril, aux environs de 11 heures.

A’salfo ne pouvait que s’en réjouir. « Merci pour cet honneur fait à Magic System, merci d’avoir compris notre combat », a-t-il lancé à l’endroit de Mohamed Askia Touré, représentant résident du Hcr. Avant d’ajouter: « Je ne voudrais pas que ce soit une collaboration ponctuelle. Nous devons aller plus loin et travailler ensemble pour le bonheur des populations ivoiriennes ».

L’occasion a été belle pour le commissaire général du Femua de remettre, hormis le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, parrain de cette 11e édition, la première carte d’invitation du Femua 11, au premier responsable du Hcr en Côte d’Ivoire.

A en croire ce dernier, ce sont au moins trente mille jeunes ivoiriens qui, sur la période 2015-2017, ont été recensés par l’Onu comme migrants clandestins ou réguliers.
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment