Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Art et Culture

Côte d’Ivoire/ Les festivités d’un FEMUA 11 de "dimension mondiale" lancées

Publié le mercredi 18 avril 2018  |  AIP
FEMUA
© Abidjan.net par Marc-Innocent
FEMUA 11: cérémonie officielle d`ouverture à Anoumabo
Abidjan le 17 Avril 2018. La 11ème édition du Festival des Musiques Urbaines d`Anoumabo (FEMUA 11) a démarré ce jour avec la cérémonie officielle d`ouverture. Plusieurs membres du Gouvernement étaient présents. Photo: Le premier ministre Amadou Gon Coulibaly


Abidjan – Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, en sa qualité de parrain, a ouvert mardi dans le village d’Anoumabo, les activités de la 11ème édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA), lui conférant une « dimension supplémentaire » à l’un des événements culturels majeurs du pays.

Plusieurs membres du Gouvernement dont les ministres de la Culture, de l’Education et de la Santé ont assisté à la cérémonie d'ouverture sur le site traditionnel de l’événement, exceptionnellement délocalisé à l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS), des travaux de bitumage étant en cours à Anoumabo.

Florilège d’éloges et chœur unanime d’hommages ont plu sur Traoré Salif, 'A’Salfo', président de la Fondation Magic System. Un groupe porté sur les fonts baptismaux par les membres du mythique groupe de Zouglou dont il est le lead vocal aux côtés de Manadja, Goudé et Tino et qui réalise à chaque édition du FEMUA des actions sociales sanitaires et éducatives.

Après un hommage à Papa Wemba, décédé sur scène lors de la 9ème édition, à leur batteur Degna Didier, décédé par noyade et au Pasteur Dezzy Champion, A’Salfo a décliné le programme de cette édition prévue à Abidjan et Korhogo, dans le Nord du pays. Il a déploré les tragiques conséquences humaines de l’immigration irrégulière qui cause des milliers de morts, principalement dans la Méditerranée et dans le Sahel.

Le thème de cette édition portant justement sur la question de l’immigration illégale, le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, a cité l’exemple des membres du groupe qui ont réussi à force de travail et d’abnégation sans avoir besoin de quitter leur pays.

« Ils sont un exemple de réussite », a admis le principal sponsor, MTN, dont le directeur général a dit son « attachement à l’émulation culturelle » que le festival apporte à la Côte d’Ivoire. Tout comme la représentante résidente de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Marina Schramm, qui a cité des chiffres alarmants d’émigration et de décès au terme d’un périlleux périple dans la désert du Sahel et dans la Méditerranée.

La Côte d’Ivoire se classe au 4ème rang africain des pays qui créent de la richesse à travers la culture, selon le secrétariat exécutif de l’organisation des pays de l’Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP), s’est réjoui le ministre Maurice Bandaman.

« Le FEMUA est désormais un rendez-vous incontournable qui a conquis l’Afrique et le monde », ses activités de réflexion dont le thème de cette édition sont d’acuité et l’expérience de ses promoteurs engagent le Gouvernement à pourvoir à l’augmentation de son budget, a promis le parrain, le Premier ministre Gon Coulibaly qui a effectué le déplacement dans le village d’Anoumabo.

« J’accorde mon accord pour une augmentation du budget du FEMUA », a dit M. Gon Coulibaly, insistant sur la détermination du Gouvernement à créer les conditions d’épanouissement des jeunes. « J’ai foi au génie créateur des jeunes Ivoiriens. En faisant preuve d’ingéniosité et de courage, vous pourrez vous réaliser en restant chez vous », a-t-il conseillé.

Le chef du Gouvernement ivoirien a ensuite posé la première pierre d’une maternité que la Fondation Magic System construira à Toumodi après celles de Bangolo, M’Bengué et l’école primaire de Séguela, réalisés dans le cadre des activités sociales en accompagnement des festivités du festival dont Korhogo accueille le concert de clôture après Adiaké, l’année dernière.

(AIP)

aaa/cmas
Commentaires


Comment