Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Les pistes de solutions du patronat pour l’émergence du secteur privé

Publié le mercredi 26 septembre 2018  |  AIP
Rencontre
© Autre presse par DR
Rencontre d`échanges entre Michel Camdessus et le patronat ivoirien
La maison de l`entreprise à Abidjan a abrité ce mardi une rencontre d`échanges entre l`ancien Directeur général du FMI et le patronat ivoirien. Photo: Jean-marie ACKAH, Président de la CGECI


Abidjan - Le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci)), Jean-Marie Ackah a proposé mardi, à l’ouverture de la 7ème édition de la CGECI Academy, des pistes de solutions au Gouvernement ivoirien pour l’émergence du secteur privé.

Selon lui, à l’instar des pays émergents qui ont réussi leur transformation structurelle par l’industrialisation, de possibles pistes de solutions telles que la baisse des coûts logistiques, la facilitation à l’accès au foncier industriel notamment pour les Petites et moyennes industries (PMI), le renforcement du poids des entreprises nationales dans la commande publique, le recours au levier fiscal, pour rendre encore plus attractif l’investissement dans l’industrie.

A cela s’ajoute, la mise en place d’incitations spécifiques pour encourager le renouvellement de l’appareil productif, une protection renforcée du marché et des dispositifs de lutte contre l’informel, la fraude et la contrefaçon, le développement du capital humain destiné à l’industrie par une accélération de la réforme de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, des mesures spécifiques de soutien pour les entreprises industrielles présentant un fort potentiel de développement.

Le président de la CGECI a relevé que l’industrie reste confrontée à des problèmes structurels de compétitivité liés aux coûts des facteurs de production dont l’énergie, l’eau, les intrants importés, ainsi qu’au manque de performance logistique et à la faible disponibilité d’une main d’œuvre qualifiée et directement productive.

De plus, l’accès au foncier industriel demeure problématique pour les PMI.

En outre, les entreprises industrielles font toujours face aux lourdeurs administratives, à une pression fiscale difficilement soutenable, à une règlementation parfois trop contraignante et aux difficultés d’accès aux marchés régionaux.

Par ailleurs, a déploré M. Ackah, les agro-industriels installés dans certaines zones de production agricole de l’intérieur du pays éprouvent d’importantes difficultés à évacuer leur production vers les pôles de seconde transformation du fait de la dégradation des principales voies d’accès. Ces entreprises agro-industrielles sont contraintes d’entretenir à leurs frais ces voies, ce qui a pour effet d’alourdir leurs charges d’exploitation et partant affecte leur rentabilité.

«Certains secteurs industriels souffrent également de la concurrence déloyale des produits issus de la fraude et de la contrefaçon, liées en particulier aux faibles équipements des structures nationales de lutte contre ces fléaux », a-t-il noté.

Le Gouvernement ambitionne dans le Plan national de développement (PND 2016-2020) de porter la part du secteur industriel de 25% du PIB en 2014 à 40% en 2020 et de faire émerger de grands champions nationaux voire régionaux.

La 7e édition du Forum CGECI Academy, qui refermera ses portes mercredi, se déroule autour du thème, «Cap sur l’industrialisation : un défi pour tous ».

bsp/fmo



"Si nous ne prenons garde, le niveau des compétences va devenir une faiblesse" (Jean-Marie Ackah)
Publié le: 26/9/2018  |  RTI 1

Commentaires


Comment