Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Le candidat élu maire de Grand-Bassam appelle les populations locales au calme

Publié le mardi 23 octobre 2018  |  AIP
Bassam:
© Partis Politiques par DR
Bassam: Nana Tanoé Amon Désiré, Roi des Nzima reçois les civilités du nouveau Maire
Bassam le 15 octobre 2018. Nana Tanoé Amon Désiré, Roi des Nzima, a reçu la visite du nouveau maire de grand Bassam, Jean Louis Moulot


Abidjan - Le candidat élu aux élections municipales du 13 octobre à Grand-Bassam, Jean-Louis Moulot, appelle les populations locales au calme, après les manifestations violentes qui ont cité balnéaire la semaine dernière après la proclamation des résultats de ce scrutin.

« Je rencontrerais les autorités traditionnelles, religieuses, les cadres et les forces vives de notre ville afin que le dialogue soit privilégié. Dans ce laps de temps, je vous invite au calme, à la raison afin de préserver ce que nous avons en commun Grand-Bassam », lance M. Moulot à l’endroit des Bassamois, dans une déclaration dont copie a été transmise mardi à l’AIP.

Candidat à ces élections sous la bannière du Rassemblement des houpouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), il est crédité de 48.58% des voix selon les résultats publiés par la Commission électorale indépendantes, contre 45.45% pour le maire sortant Georges Philippe Ezaley, son principal adversaire et candidat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA).

« Mon choix de me présenter à la candidature de Grand Bassam a été nourri par ma volonté de m'engager à un niveau plus important dans cette ville chère à nos cœurs, chère à notre pays. (…) Je comprends la déception d'avoir vu perdre son candidat au regard de tout l'espoir que suscite sa candidature, mais je ne conçois pas que ce refus s'exprime à travers des actes d'humiliation, d'intimidation, de violence et même de dénigrement personnel », ajoute Jean-Louis Moulot.

De son côté, son adversaire Georges Philippe Ezaley avait appelé, samedi, ses partisans au calme, annonçant l’introduction d’un recours auprès de la Cour suprême.

Un arrêté préfectoral a été pris pour interdire toutes manifestations publiques dans les lieux publics à Grand Bassam, après des manifestations violentes qui avaient suivi la proclamation des résultats des municipales dans cette commune, signale-t-on.

(AIP)

tm
Commentaires


Comment