Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Lancement du second cycle de l’Université des droits de l’homme du CNDH

Publié le mardi 22 janvier 2019  |  AIP


Abidjan - Le conseil national des doits de l’homme (CNDH) a procédé mardi à son nouveau siège à Abidjan, au lancement du second cycle de son université axé sur les droits de l’homme en présence de la représentante spéciale de la commission de l’Union africaine en Côte d’Ivoire, Joséphine-Charlotte Mayuma Kala et du premier président de la cour d’appel, François Koumoin.

La représentante spéciale de la commission de l’Union africaine en Côte d’Ivoire, Joséphine-Charlotte Mayuma Kala, prononçant la conférence inaugurale de cette cérémonie sur le thème, « L’Union africaine et les mécanismes de promotion et de protection des droits de l’homme », a rappelé la nécessité d’améliorer la connaissance des droits de l’home en Afrique et mis en relief les instruments dont dispose la commission en matière de droits humains.

La présidente de la CNDH, Namizata Sangaré s’est félicitée de l’engouement que suscite cette formation qui va s’étendre de janvier à avril 2019.

« C’est la continuité avec l’accent sur le droit international des droits de l’homme, le droit pénal international et des modules sur les défenseurs des droits de l’homme, sur des modules de rédaction des rapports alternatifs qui seront dispensés à nos 103 auditeurs qui ont fait confiance au conseil en s’inscrivant pour prendre part gracieusement à cette formation », a-t-elle indiqué.

Selon Mme Sangaré, « ce programme a été initié pour d’abord outiller les acteurs qui sont dans le domaine et intéresser un plus grand nombre de personnes à la thématique des droits de l’homme ». Elle a expliqué qu’au regard du slogan mondial qui est « levez-vous pour faire des droits des populations une réalité », il est opportun de se l’approprier et « aider les gouvernants à faire des droits des populations une réalité ».

Des certificats de formation ont été remis à des auditeurs en fin de formation, note-t-on. « C’est un sentiment de fierté pour moi de recevoir ce certificat qui va me permettre de faire valoir ma fonction de militante de la société civile. Il va m’aider à promouvoir les droits de l’homme en Côte d’Ivoire », s’est félicité Kouadio Annick.

gak/ask
Commentaires


Comment