Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Prétendues menaces de magistrats : le Garde des sceaux invite à saisir le Conseil supérieur de la magistrature

Publié le mercredi 23 janvier 2019  |  APA
Rentrée
© APA par Cheick KONE
Rentrée solennelle 2017 de la Cour d’appel de Bouaké
Le garde des sceaux, ministre de la justice et des droits de l’homme, Sansan Kambilé (Photo) a présidé cette cérémonie de rentrée judiciaire et d’installation de magistrats.


Le Garde des sceaux, ministre ivoirien de la justice et des droits de l’homme, Sansan Kambilé a regretté, mercredi, la déclaration des magistrats dénonçant une intrusion de l’appareil étatique dans les affaires judiciaires, invitant les magistrats à saisir la Conseil supérieur de la magistrature.

« Dans la constitution (…) Il est clairement indiqué que lorsque le juge estime son indépendance clairement menacée, il doit saisir le Conseil supérieur de la magistrature », a rappelé au terme du Conseil des ministres, Sansan Kambilé.

Pour ce magistrat hors hiérarchie, cette déclaration n’honore pas sa corporation d’origine. «La constitution prévoit des mécanismes, il faut y recourir plutôt que des déclarations dans la presse », a proposé M. Kambilé qui insiste que « beaucoup d’efforts sont faits par le chef d’Etat et le gouvernement pour faire en sorte que les magistrats soient dans les conditions psychologiques, matérielles et morales satisfaisantes ».

En ce qui concerne les mutations sanctions également évoquées dans cette déclaration, le ministre en charge de la justice, se référant à l’article 126 de la Constitution indique que « le Conseil supérieur de la magistrature donne son avis conforme sur la promotion et la mutation des magistrats du siège ». «Il ne peut y a avoir de mutations sanctions », a-t-il conclu.

Dans un communiqué diffusé récemment, l’Union nationale des magistrats de Côte d’Ivoire et l’Association syndicale de la magistrature ont dénoncé des menaces de l’exécutif à l’encontre de ces acteurs de la justice.

Cette déclaration intervient dans un contexte où des députés notamment Jacques Ehouo (Plateau) et l’ex-ministre Alain Lobognon (Fresco) sont poursuivis devant la justice.

SY/ls/APA
Commentaires


Comment