Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Jean-Marie Ackah, président de la CGECI : « Ne perdons pas de vue que l’ensemble des propositions formulées par la réforme fiscale, ont pour objectif d’adapter le système fiscal ivoirien aux ambitions économiques et sociales de notre pays »

Publié le jeudi 7 fevrier 2019  |  CGECI
Rencontre
© Abidjan.net par PR
Rencontre entre le secrétaire d’Etat chargé du budget et le patronat ivoirien
Abidjan le 05 février 2019. Dans le cadre de ses rencontres, la Conférence Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire a reçu ce mardi le Secrétaire d’Etat chargé du budget et du portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo. Photo : Jean-Marie Ackah, président de la CGECI


Le Secrétaire d’Etat en charge du budget et du portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo a rencontré le 04 février dernier le secteur privé ivoirien à la Maison de l’Entreprise au Plateau. Nous vous proposons ci-dessous, le discours intégral de M. Jean-Marie Ackah, président du patronat ivoirien.

(…)

Le Conseil d’Administration et les membres de la CGECI ont l’immense plaisir de vous recevoir ce jour au sein de la Maison de l’Entreprise et voudraient par ma voix, vous exprimer la cordiale bienvenue à vous et à l’ensemble de votre délégation.

La qualité et la composition de celle-ci montrent tout l’intérêt que vous accordez aux cadres de dialogue qui existent entre nos institutions. Il faut dire que les exigences de l’actualité économique et les défis qui nous engagent, rendent de plus en plus nécessaires et indispensables ce dialogue entre le secteur privé et l’administration fiscale.





C’est la raison pour laquelle nous avons répondu, sans aucune hésitation, à votre double souhait, exprimer dans les courriers que vous nous avez adressés, d’échanger sur la politique fiscale, des trois prochaines années, envisagée par le Gouvernement et sur les préoccupations du secteur privé en liaison avec le département que vous dirigez.

Merci donc Monsieur le Secrétaire d’Etat pour l’initiative de cette visite de travail au secteur privé.



Monsieur le Secrétaire d’Etat, nous ne cacherons pas que le thème que vous avez choisi, sans nul doute à dessein, pour votre exposé de ce jour est d’un grand intérêt pour nos membres et pour l’ensemble du secteur privé.

Nul besoin de rappeler tous les travaux sur le sujet qui ont mobilisé et continuent de mobiliser les énergies de l’Administration et du Secteur privé et dont la trame essentielle a été consignée dans le projet de réforme fiscale acceptée par le Gouvernement en 2015.

Selon donc notre compréhension, la politique fiscale de la Côte d’Ivoire pour les trois prochaines années se fondent nécessairement sur cette réforme dont nous appelons la mise en œuvre de tout notre vœu.

D’ailleurs, le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, lors de sa rencontre avec le secteur privé, sous la forme d’un petit déjeuner débat tenu dans cette même salle en juillet 2017, s’était prononcé pour une application intégrale de cette réforme sur la période 2018 – 2020. Nous sommes obligés de constater que nous accusons, en dépit de notre volonté, un retard d’une année sur le calendrier indiqué par le Premier Ministre. Toutefois, si vous et vos collaborateurs y consentez, nous pourrions la mettre en œuvre sur la période 2019 – 2021.



Mesdames et Messieurs, c’est aussi l’occasion de de rappeler que son Excellence Monsieur le Premier Ministre au cours de la cérémonie d’installation du Comité de Suivi de Réforme Fiscale (COSREF), a également indiqué l’importance pour nos organisations de travailler de façon consensuelle.

Monsieur le Ministre, Messieurs les Directeurs Généraux, ne perdons pas de vue que l’ensemble des propositions formulées par la réforme fiscale, ont pour objectif d’adapter le système fiscal ivoirien aux ambitions économiques et sociales de notre pays et d’assurer l’éclosion d’un secteur privé dynamique.

Monsieur le Ministre, comme vous le voyez, la CGECI estime, et à juste titre, que la réforme fiscale a pris en compte la quasi-totalité de nos préoccupations et propositions. Ainsi donc, son application urgente et complète est toujours attendue par nos entreprises et l’ensemble du secteur privé. Mais en le disant, je suis conscient d’anticiper à la fois sur votre présentation de tout à l’heure et surtout sur les échanges qui vont en découler.

A ce propos, vous avez souhaité des échanges sincères et fructueux, et c’est tout à votre honneur. Nous nous sommes donc efforcés de réunir dans cette salle, conformément à vos souhaits, une trentaine d’entreprises, de toute taille et de divers secteurs d’activité. Bon nombre de ces entreprises étaient déjà là il y a un mois à l’occasion de la présentation de l’annexe fiscale 2019. Elles répondront également présentes à l’appel de la CGECI si nous la convions à nouveau pour préparer la loi de finance 2020.

C’est sur cette invitation à poursuivre et renforcer le dialogue entre nous que je voudrai clore mes propos et laisser la parole à celui que nous sommes tous venus écoutés, à savoir M Sanogo Moussa, Secrétaire d’Etat, auprès du Premier Ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ou devrais-je dire Président du Comité de Réforme.

Je vous remercie de votre très aimable attention



JEAN MARIE ACKAH
Commentaires


Comment