Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Le président de la BAD fait don de son prix de 500.000 dollars à la lutte contre la faim en Afrique

Publié le lundi 11 fevrier 2019  |  AIP
Ouverture
© Autre presse
Ouverture à Abidjan du Forum sur l`Agriculture
Le siège de la Banque Africaine de Développement (BAD) à Abidjan a abrité le mardi 28 novembre 2017, le Forum Leadership pour l’Agriculture qui a réuni les ministres de l’Agriculture et leurs collègues de l’Economie et des Finances de plusieurs pays africains. Photo: Akinwumi Adesina, 8e président de la BAD


Abidjan - Lauréat du Prix Sunhak de la paix 2019, Akinwumi Adesina s’est engagé à redoubler d’efforts en faveur du combat que mène l’Afrique pour éradiquer la faim, la pauvreté et le chômage des jeunes e, faisant don de sa part de la récompense, soit 500 000 dollars, à la lutte contre la faim en Afrique.

Le président de la Banque africaine de développement et sa co-lauréate, Waris Dirie, qui s’est fait connaître dans le monde entier pour sa lutte contre les mutilations génitales féminines, se partagent le prix prestigieux d’un million de dollars, remis lors d’une cérémonie qui s’est déroulée vendredi à Séoul, en Corée du Sud.

« Le monde connaît d’énormes souffrances. Malgré tous les progrès accomplis, nous sommes loin de gagner la guerre contre la faim dans le monde. La paix est impossible dans un monde qui a faim. La faim continue de sévir dans les régions et les lieux en proie à des conflits et à des guerres, ou en situation de fragilité. Ceux qui en souffrent le plus sont les femmes et les enfants », a déclaré M. Adesina lors de la cérémonie de remise des prix.

« Nous sommes engagés dans une course contre la montre pour libérer le plein potentiel de l’Afrique », a-t-il déclaré.

Convaincu que l’instauration de la paix dans le monde passera par la sécurité alimentaire, M. Adesina a souligné que 1 % de la population la plus riche du monde détient à elle-seule 50 % des richesses de la planète.

« Il n’y a rien de plus important que de s’assurer de pouvoir nourrir le monde et d’éliminer la faim et la malnutrition. La faim est une ignominie pour l’espèce humaine. Une économie qui prétend être en croissance sans nourrir sa population est une économie défaillante. Personne ne devrait avoir faim, quelle que soit sa couleur de peau – blanc, noir, rose, orange, etc., peu importe », a-t-il lancé.

Waris Dirie a joué un rôle majeur en attirant l’attention du monde sur la lutte contre les mutilations génitales féminines et sur la nécessité de promulguer des lois qui les interdisent.

« Les mutilations génitales féminines marquent leurs victimes de cicatrices physiques, émotionnelles et mentales », a lancé Mme Dirie.

Plus de 200 millions de filles et de femmes aujourd’hui sont excisées, dans 30 pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie, où les mutilations génitales féminines sont pratiquées sur les filles entre la petite enfance et l’âge de 15 ans, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Plus de 1 000 personnes d’influence venues du monde entier, parmi lesquels d’actuels ou d’anciens chefs d’État et de gouvernement, des dirigeants du secteur privé, des investisseurs et des experts en développement, étaient présents à cette remise du Prix Sunhak de la paix et au Sommet des dirigeants mondiaux pour la paix. Chaque année, le Prix Sunhak de la paix rend hommage à une personne ou à une organisation qui contribue notoirement à la paix dans le monde et au bien-être de l’humanité.

kkf/tm
Commentaires


Comment