Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Art et Culture

Association des promoteurs de spectacles de Côte d’Ivoire - Victor Yapobi, président : “Le secteur est mort : ce que la ministre Raymonde Goudou Coffie nous a dit”

Publié le lundi 11 mai 2020  |  L’intelligent d’Abidjan
Lancement
© Abidjan.net par Serge T.
Lancement de la 23è édition du concours de beauté Miss CI 2019
Jeudi 24 Janvier 2019 Abidjan. Le comité d`organisation de Miss Côte d`Ivoire avec à sa tête Victor Yapobi a procédé au lancement de la 23è édition du concours de beauté Miss CI.


Le président de l'Association des promoteurs de spectacles de Côte d'Ivoire (Aprosci), Victor Yapobi expose dans cette interview les difficultés que vit leur secteur.
Des activités sont à l'arrêt à cause du Coronavirus. Quel état des lieux faites-vous?
Effectivement, depuis le 16 mars 2020 dernier, suite aux décisions de l'État d'interdire toute manifestation de plus de 50 personnes, cette interdiction nous touche particulièrement, nous qui sommes dans le domaine de la culture. Quand je parle de la culture, c'est de la culture en gros et plus particulièrement dans le domaine du spectacle et dans l'organisation de l'événementiel. Nous avons interdiction d'organiser une quelconque manifestation. Ce qui fait que le secteur n'est pas sinistré, mais, il est mort. On peut employer ce terme-là. Il est mort, puisqu'il n'y a même pas une seule voie, il n'y a pas un aménagement qu'on peut faire pour engranger quelques sous pour pouvoir subvenir. Donc, dans ce cadre-là, les membres de l'Association des promoteurs de spectacles de Côte d'Ivoire (Aprosci), compte tenu de ce que nous vivons aujourd'hui, m'ont demandé de mener des actions pour rencontrer les ministres, les autorités afin de trouver une solution comme le gouvernement le fait dans beaucoup de domaines et secteurs d'activité. Parce que le secteur de l'événementiel, c'est aussi une profession, un métier et il est difficile pour nous de continuer à survivre et de continuer à payer nos employés, assurer nos charges. N'oubliez pas que nous avons des charges mensuelles comme toute entreprise. Nous avons des salariés. Nous employons beaucoup de personnes. Je pense qu'après le secteur de l'hôtellerie, nous sommes le deuxième secteur qui emploie le plus de main d'œuvre et de personnel. Donc, dans ce cadre-là, nous avons souhaité, comme dans d'autres domaines, que l'État puisse nous apporter une aide pour nous permettre, non pas de mettre nos activités en marche, mais au moins de survivre en attendant la reprise de nos activités. Voilà en gros le souci que nous rencontrons.

L'Aproci compte combien de membres ?
L'Aproci, à l'heure d'aujourd'hui, compte 132 membres qui sont affiliés. C'est la seule et la plus importante association dans le domaine de l'événementiel et de l'organisation de spectacles. Et nous avons des personnalités dans nos rangs. Nous avons, les membres influents, Koné Dodo, directeur du palais de la Culture, Joseph Niamké, le manager de Niamké, nous avons Don Karim, Claude Bassolé. Au niveau de la communication, Yves de MBella. Donc, c'est vraiment un bureau qui est étoffé. Nous allons nous réunir très bientôt pour continuer à voir quelles sont les actions que nous pouvons mener pour nous faire entendre et que l'État de Côte d'Ivoire nous vienne en aide soit, par une subvention ou une aide quelconque.

Quelles sont les propositions que vous avez à faire à l'État pour la relance de vos activités quand on sait que votre secteur génère beaucoup de revenus et emploie surtout beaucoup de monde?
C'est bien pour ça, comme vous le savez, il emploie beaucoup de monde. Et quand on ne peut pas en gagner, on ne peut pas en distribuer. Notre préoccupation, c'est qu'on puisse nous venir en aide, qu'on puisse nous apporter une subvention pour pouvoir permettre à tous ceux qui travaillent dans ce secteur-là de pouvoir tenir le coup en attendant la réouverture des manifestations en Côte d'Ivoire.

Actuellement, comment gérez-vous les salaires de vos employés ?
Mais, on ne gère pas ! Il n'y a pas d'argent !!! On a essayé pendant deux mois de leur donner quelque chose pour survivre. Ils ne vivent pas. C'est pour ça que nous faisons cet appel parce que nous n'avons plus les moyens de répondre à leurs attentes pour qu'ils puissent survivre et non de faire autre chose. C'est vraiment les moyens de subsistance.

Que deviennent les intermittents du spectacle?
Tous ceux-là font partie comme je viens de le dire tout à l'heure du domaine du spectacle. Il y a des emplois directs dont les intermittents de spectacle qui sont des gens importants, nombreux dans la profession et qui dépendent que de nous. Voilà un peu. C'est pour ceux-là particulièrement que nous nous battons pour que nous puissions leur venir en aide si l'État entend nos cris de détresse.
... suite de l'article sur L’intelligent d’Abidjan

Commentaires
Playlist Art et Culture
Toutes les vidéos Art et Culture à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment