Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Révision de la liste électorale du 10 au 24 juin 2020 - Coulibaly Kuibiert Ibrahime, président de la Cei : “Il y a un seuil que nous ne devons pas atteindre”

Publié le lundi 25 mai 2020  |  L’intelligent d’Abidjan
Le
© Autre presse par DR
Le Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI), Ibrahime Coulibaly-KUIBIERT, a pris part à la première réunion du comité de pilotage du projet d’appui aux élections en Côte d’Ivoire, au siège du PNUD à Abidjan-Plateaux.


À la faveur d'une rencontre d'information et d'échanges avec la presse sur le processus de révision de la liste électorale, le vendredi 22 mai 2020, à la représentation du Programme des nations unies pour le développement (Pnud) à Abidjan-Plateau, le président de la Commission électorale indépendante (Cei), Coulibaly Kuibiert Ibrahime a laissé entendre que la Cei n'est pas en retard dans l'exécution de l'opération de révision de la liste électorale prévue du 10 au 24 juin dans l'année en cours.

« Le délai ne peut pas être court. L'expérience nous fait dire que le timing est bon. Nous n'avons pas de souci au niveau du timing parce que pour organiser les élections, normalement il faut cinq mois jusqu'à la proclamation des résultats. Il y a un seuil que nous ne devons pas atteindre et nous ne l'avons pas encore atteints. Nous sommes dans le délai. », a-t-il souligné. Il a fait savoir qu'au plus tard le 30 juillet 2020, la liste électorale provisoire sera affichée dans les lieux d'enrôlement. Et que du 04 au 13 août, se fera le traitement du contentieux de cette liste. Avant de rendre public le fichier d'élection définitif le 23 septembre pour un délai qui court jusqu'au 16 octobre 2020. « La loi indique que la liste électorale provisoire doit être affichée trois mois avant l'élection. Donc le délai constitutionnel est le 01 août. Mais nous décidons de publier le 30 juillet. C'est pour rassurer les gens, en ce qui concerne le timing, qu'on est tellement à l'aise qu'on se permet de le faire avant. », a-t-il dit. Il a indiqué que pour figurer sur la liste électorale, le citoyen doit fournir, à défaut de la carte nationale d'identité, le certificat de nationalité ou l'attestation d'identité. À l'en croire, cette disposition « alternative» dénote d'un consensus conclu entre l'organe électoral et les partis politiques. Et de préciser que ce n'est pas la carte nationale d'identité qui donne droit au vote, mais plutôt la carte d'électeur. Il a également affirmé qu'il y a à ce jour 6 600 000 personnes inscrites sur la liste électorale, à l'issue de la dernière révision, et 11000 centres d'enrôlement à travers tout le pays.


« Ça ne sert à rien de rester à la périphérie, derrière la clôture pour pérorer... »
... suite de l'article sur L’intelligent d’Abidjan

Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment