Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Tabaski 2020 : Absence de ferveur dans les préparatifs à Dimbokro

Publié le jeudi 30 juillet 2020  |  AIP


La ferveur habituelle qui s’emparait de la ville à la veille de l’Aid el kébir ou Tabaski n’est pas constatée à Dimbokro, faisant penser que la pandémie de la COVID19 a pris le pas cette année sur les préparatifs de cette fête musulmane.

Le jeudi 30 juillet 2020, à Dimbokro, il n’y a pas d’affluence dans les rues. Seul le grand marché bouillonne de monde, bloquant parfois la circulation sur la voie principale au niveau de la gare de taxi. Les populations justifient ce manque d’engouement par l’absence de moyen financier.

« A cause de cette maladie, on n’a pas pu se préparer », affirme Moussa Sanogo, au sortir du marché de mouton au quartier Dioulakro. Il souligne que les années passées, à cette période, sa famille avait déjà acheté le mouton grâce à se frères installés à Abidjan.

Assise devant son salon de coiffure, dame Koffi Amoin se ronge les doigts. « Il n’y a pas de clients, d’habitude à cette veille de la fête, je suis débordée par les femmes qui viennent se tresser pour se faire belle », dit-elle, maudissant cette COVID-19 qui freine toutes les activités économiques.

Les banques de la place sont prises d’assaut par les fonctionnaires et autres salariés en quête d'argent, formant de longues files d’attentes. « Je suis venu chercher mon salaire pour voir si je peux avoir un petit mouton pour ma fête », confie un garde pénitentiaire, Koné Souleymane, dans un rang devant une des agences financières. Il relève, la hausse du prix des moutons en cette période.

Les quatre apprentis et leur patron, le couturier Diarrassouba situé au quartier Commerce, sont au four et au moulin dans leur atelier pour achever le travail des clients. "Cette année, il n'y a pas d'affluence ici", dit le maître des lieux, penché sur une table pour la coupe d'un habit.

Dans les deux supermarchés de la ville, seules quelques familles se hasardent à y entrer pour des emplettes, achetant notamment de la boisson et du riz. « Le marché est cher. Aujourd’hui, le sac d’oignon appelé Niger a augmenté. Il en est de même des tomates salades », déploré dame Coulibaly Saran.

Dans les magasins ou les étals spécialisés dans la vente des effets vestimentaires sont accrochés notamment des pantalons, des robes et autres jupes qui flottent au gré du vent, sous l’œil admiratif des rares clients et quelques curieux qui s’y hasardent pour demander le prix ou contempler.

Le Conseil supérieur des Imams, des mosquées et des affaires islamiques en Côte d’Ivoire (COSIM) a annoncé la célébration de l’Aid el kébir pour ce vendredi 31 juillet 2020.

(AIP)

ik/fmo
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment