Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Le DEA Jeunes du RHDP invite la jeunesse du FPI à "des débats constructifs sur la cohésion sociale"

Publié le jeudi 15 juillet 2021  |  AIP


Abidjan- Le directeur exécutif adjoint chargé des jeunes (DEA Jeunes) du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti au pouvoir), Philippe Kragbé, invite, dans une déclaration transmise le mercredi 14 juillet 2021 à l'AIP, la jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) à "des débats constructifs sur la cohésion sociale".

"J’invite à des débats constructifs sur la cohésion sociale, le développement de notre pays et non à la prolifération de propos incendiaires, dénudés de courtoisie et de respect", affirme M. Kragbé, réagissant à une sortie récente sur les réseaux sociaux du secrétaire à l'organisation de la jeunesse du FPI, Lasm Blaise, jugée "désobligeant" à l'encontre du directeur exécutif du RHDP, Adama Bictogo.

"En réaction, j’appelle le sieur Lasm à plus d’élégance, de courtoisie et de retenue; (...) Monsieur Bictogo Adama est un homme politique respectable, un chef d’entreprises prospère, qui emploie nombre de jeunes ivoiriens aux compétences avérées", poursuit le DEA Jeunes du RHDP.

Dans un post publié sur sa fan page facebook le 12 juillet, Lasm Blaise avait jugé d'" irresponsable et intellectuellement malsain" des propos tenus le même jour par de M. Bictogo lors d'une conférence de presse, sur l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, rentré en Côte d'Ivoire depuis le 17 juin suite à son acquittement de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale au bout de neuf ans de procès.

"Absent du pays pendant dix ans du fait des crimes qu'il a commis, Gbagbo Laurent a du mal à reconnaître que la Côte d'Ivoire a connu un développement significatif sans lui sous la conduite du Président Alassane Ouattara", avait notamment fustigé Adama Bictogo, répondant ainsi à des critiques de M. Gbagbo contre le troisième mandat du président Alassane Ouattara.

L'ancien chef de l'Etat avait, lors d'une visite au président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, opposition), Henri Konan Bédié, réaffirmé son soutien à « ceux qui luttent contre le troisième mandat ».

Pour le parti au pouvoir, la nouvelle Constitution ivoirienne, adoptée par voie référendaire en 2016, permettait bel et bien à M. Ouattara de briguer un premier mandat pour le compte de la troisième République.

« Rien ne s’imposera au président Alassane Ouattara et encore moins au RHDP. (...) Les institutions fonctionnent, l’Assemblée fonctionne, toutes les institutions sont en place. Nous ne sommes pas un pays en crise», avait tranché Adama Bictogo, qui a sommé Laurent Gbagbo de « respecter Alassane Ouattara » et « la fonction » présidentielle.

Au fil des interventions et réactions d'acteurs politiques de tous bords, le ton est monté d'un cran sur la scène politique ivoirienne depuis cette sortie de Laurent Gbagbo.


tm
Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment