x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le mercredi 15 septembre 2010 | Le Nouveau Réveil

Charles Konan Banny face à la presse, hier: “Je soutiens Bédié, le candidat du Pdci-Rda”

© Le Nouveau Réveil Par DR
Parti démocratique de Côte d`Ivoire (Pdci-Rda): le Premier ministre Charles Konan Banny, membre du bureau politique
Le Premier ministre Charles Konan Banny a fait une déclaration à la presse, hier, à sa résidence à la Riviéra Golf. Cette déclaration qu`il a qualifiée d`importante, de déclaration politique, s`inscrit dans le contexte de l`actualité politique. Précisément, il s`agissait pour l`ancien locataire de la primature de faire un certain nombre d`éclairages. Ci-dessous, sa déclaration liminaire.



La victoire se trouve dans l`union

La date des élections présidentielles a été fixée au 31 octobre 2010 ! La liste électorale définitive vient d`être rendue officielle par le Chef de l`Etat, après avoir fait l`objet d`un consensus de la part des trois principaux candidats. Le processus électoral accomplit là un progrès considérable, puisque la configuration du corps électoral est à présent connue et que nous savons, désormais, combien d`Ivoiriens seront autorisés à prendre part, dans quarante-cinq jours, à l`élection du Pré ident de la République.
L`étape actuelle du processus électoral et partant de la sortie de crise a l`avantage de la clarté. Elle permet de distinguer, d`une part, les responsables de la situation dramatique que vivent les Ivoiriens, et, de l`autre, ceux qui, n`y ayant aucune part, sont fondés à réclamer le changement. Le PDCI-RDA, pour avoir fait la preuve de son attachement viscéral à la Côte d`Ivoire et conduit le pays sur les rives du développement, a la légitimité requise pour en revendiquer la direction.
Mais il ne suffit pas de revendiquer le pouvoir pour l`arracher. Il faut encore mettre en œuvre une démarche appropriée et, plus particulièrement, rassembler les hommes et les femmes qui votent autour des idéaux que l`on porte. Il faut en outre convaincre ces hommes et ces femmes de la justesse du message dont on est porteur; car, en effet, je le rappelle une fois de plus, on ne part pas à la conquête du pouvoir en retranchant des adhésions mais en les additionnant et mieux en les multipliant.
Ayant, pour ma part, été nourri à la sève de l`houphouétisme, je demeure ancré dans le. PDCI-RDA. Militant authentique du PDCI-RDA, mes pensées, mes paroles et mes actes n`ont pas varié. Je veux que le PDCI-RDA remporte toutes les élections et j`apporterai toute ma contribution au succès de notre parti. À cet égard, chaque militant peut se référer, entre autres, aux deux conférences que j`ai prononcées à Paris puis à Londres, dans le courant de l`année 2008 et qui ont fait l`objet de larges diffusions par la .presse nationale et internationale. J`y ai largement exposé la nécessité pour tous les membres du PDCI-RDA d`obéir à la discipline du parti. J`y ai également appelé avec insistance mon parti à l`union pour la victoire. Me faudra-t-il rappeler, aussi, les termes de l`allocution que j`ai prononcée à Yamoussoukro au mois d`octobre 2008 pendant la tournée du président Henri Konan Bédié? J`ai redit, à cette occasion en apportant des justifications, que mon soutien allait au candidat choisi par mon parti pour les élections présidentielles prochaines.
Mon exhortation à la démocratisation du PDCI-RDA et la place que je souhaite que le débat interne y prenne ont pour motivation de rendre encore plus fort notre parti face aux multiples défis qui nous interpellent. Seuls me guident l`intérêt que je porte au PDCI-RDA, la perspective de sa victoire prochaine et la nécessité de voir se perpétuer celui-ci, pour le plus grand bien de la Côte d`Ivoire. Or, pour connaître le succès, le PDCI RDA aura besoin de se régénérer; constamment, en d`autres termes, le PDCI-RDA aura besoin de démocratie interne. Contrairement à ce que craignent certains parmi nous, conservateurs frileux s`il en fut, la liberté de parole, pourvu qu`elle soit responsable, loin d`affaiblir les formations politiques, les stimule et les renforce en les améliorant. A contrario, la pensée unique et la langue de bois ne font pas plus de bien aux partis qu`aux États.
C`est parce que je suis habité par cette conviction que j`ai résolu, tout en observant strictement la discipline du parti, de ne plus brider mon expression politique. Je conduis des réflexions sur l`économie, la gouvernance et la cohésion sociale qu`il me paraît bon de faire partager à tous ceux que préoccupe l`avenir de la Côte d`Ivoire et singulièrement à mes compatriotes. Je peux en diffuser les conclusions sans porter atteinte à la vitalité de mon parti. Les développements que je suis décidé à rendre dorénavant publics pour alimenter le dialogue fécondant que j`appelle de mes vœux, seront l`écho d`une voix différente au sein du PDCI-RDA et non contre le PDCI-RDA !

Laissons fleurir les mille fleurs

Le dialogue, arme des forts, moyen privilégié du PDCI-RDA s`il en fut, n`a de sens que parce qu`il permet d`accorder plusieurs voix distinctes. La symphonie, on l`oublie trop souvent, vient de l`harmonie entre plusieurs instruments qui contribuent chacun à la beauté de l`ensemble. Je vois le PDCI-RDA comme une parfaite synthèse de diverses voix, une synthèse et qui absorbe, en les intégrant, les mille sources de réflexion qui l`alimentent.
Le devoir que je m`impose ici et maintenant est de fournir une des sources de cette future synthèse parce que je suis persuadé que c`est de cette émulation que viendra le succès du PDCI-RDA. Si nous nous astreignons à une telle ouverture, alors nous aurons créé les conditions pour que tous ceux qui ont quitté la maison commune y reviennent avec joie.
Je leur lance à présent ici et maintenant un appel pour les grandes retrouvailles. Rassembler démocratiquement les Africains en vue de leur émancipation et leur progrès; tel était, il y a près de sept décennies, l`idéal poursuivi par Félix Houphouët-Boigny et ses compagnons d`alors.
Tel demeure, à mon sens, l`idéal que le PDCI-RDA, notre parti, se doit de poursuivre. Aujourd`hui encore, l`impératif du rassemblement des Ivoiriens par les Ivoiriens et pour les Ivoiriens demeure catégorique.
Rassembler les Ivoiriens., unifier le territoire ivoirien, unir les volontés de tous les fils et filles de ce pays par-delà leurs différences d`opinion politique, telle est la mission qui incombe, selon moi, au PDCI-RDA et à ses candidats aux diverses élections prochaines.
Cette mission sera d`abord celle de Henri Konan Bédié, candidat du PDCI- RDA aux présidentielles.

On ne se bat pas au chevet d`une mère malade

Pour ma part, fidèle à la philosophie selon laquelle on ne se bat pas au chevet d`une mère malade, rappelée ci-dessus, je compte apporter ma contribution à l`accomplissement d`une telle mission d`union des Ivoiriens par l`addition des différentes sensibilités.
Je ne doute pas que tous les Ivoiriens et toutes les Ivoiriennes qui, jusqu`à présent, m`ont fait confiance et me font confiance agiront de même afin que la victoire nous soit assurée pour nous permettre de mettre en marche le nouveau Pacte social nécessaire à l`édification de la Société de Confiance dont nos compatriotes ont tant besoin.
Le PDCI-RDA notre parti, devra incarner aussi les valeurs de cette Société de Confiance, dans une Côte d`Ivoire redevenue Pays de l`hospitalité et de la vraie fraternité..

Charles Konan BANNY
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ