x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le samedi 11 juin 2011 | Nord-Sud

Gagnoa / La chefferie traditionnelle à propos du procès de Gbagbo : “Nous demandons une justice impartiale et crédible”

© Nord-Sud
Annan, Tutu et Robinson rendent visite à Gbagbo à Korhogo
Les membres du groupe dit des Elders (Anciens) Kofi Annan, Desmond Tutu et Mary Robinson, sont arrivés lundi matin à Korhogo, dans le nord de la Côte d`Ivoire, pour rencontrer le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, placé en résidence surveillée
Une semaine après la visite des chefs traditionnels de Gagnoa à Yamoussoukro où ils ont rencontré Charles Konan Banny, président de la Commission ``dialogue, vérité et réconciliation``, les commentaires vont bon train sur les motivations réelles de la démarche entreprise par le conseil des chefs du Fromager. Gbizié Lambert qui préside le conseil des chefs de village du département s`inscrit en faux contre certaines informations qui circulent en ce moment. En effet, certaines sources révèlent que les chefs de Gagnoa s`étaient rendus dans la capitale politique dans l`intention de négocier la libération du président Gbagbo. Pour Gbizié Lambert et ses collègues, ce sont des rumeurs auxquelles il ne faudrait pas accorder de valeur. « « Ce que nous demandons, c`est une justice. Une justice impartiale et crédible. Nous sommes pour la séparation des pouvoirs. Gbagbo lui-même est conscient que la règle de la démocratie est qu`on peut arrêter tout homme politique et le juger selon les conventions internationales et les lois nationales », a précisé Gbizié Lambert, chef de village de Tchédjelet. Toutefois, l`organisation qu`il dirige tient à l`impartialité de la justice au moment où l`ex-président se présentera devant le tribunal.Abel Djohoré, cadre des Forces nouvelles a donné récemment sa position lors d`une visite dans la région. « Quand quelqu`un a fauté, c`est la loi de la République qui s`applique à lui. Pas question de dire comme c`est notre fils, pardonnez, libérez-le. Non, celui qui a fauté doit payer pour que plus jamais cela n`arrive plus en Côte d`Ivoire », a-t-il rectifié. Outre la négociation pour libérer Gbagbo, d`au­tres sources font croire que derrière la visite de Yamoussoukro, se cache une stratégie d`endormir les nouvelles autorités afin que Gagnoa organise au mieux la résistance. Accusation rejetée par les chefs. « En tant que chefs de village, nous sommes les représentants du président de la République dans nos différentes localités. Il est donc impensable qu`on puisse organiser une quelconque résistance », s`est justifié l`orateur. Pour tous ceux qui ignorent encore l`objet de leur visite à Banny, le chef Gbizié a rappelé que ce voyage avait trois buts. Féliciter Banny pour sa nomination, reconnaître officiellement Alassane Ouattara comme le président de la République de Côte d`Ivoire et de­mander que cessent les exactions perpétrées contre les populations.

Alain Kpapo à Gagnoa

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ