x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le vendredi 19 août 2011 | L’intelligent d’Abidjan

Ça veut dire quoi crimes économiques, où sont passés les crimes de sang ?

© L’intelligent d’Abidjan Par DR
Sortie de crise: le président Laurent Gbagbo promet pour bientôt "la fin du film western"
Photo d`archives. Laurent Gbagbo
L`ex-chef de l`Etat est inculpé pour crimes économiques. Un crime économique est une infraction criminelle non susceptible d`amnistie et relevant de juridiction régulière.
Pour la circonstance donc, la qualité d`ancien chef de l`Etat ne peut prévaloir, encore moins la mise en place de la Haute Cour de Justice de la République. Délit de droit commun
pour un citoyen ordinaire que devient Laurent Gbagbo, tout chef d`Etat qu`il fut. Cette procédure permet de gagner du temps et de mettre fin à l`incertitude juridique marquée par
la prolongation de la décision administrative d`assignation à résidence. Les avocats de Laurent Gbagbo peuvent avoir désormais accès au dossier. Leur client ayant été inculpé, la
justice ivoirienne doit pouvoir établir et présenter les preuves et les éléments à charge afin d`arriver à un procès dans les meilleurs délais. Les choses ne doivent pas tarder. Retarder
le procès, c`est faire endosser une posture de martyr à Laurent Gbagbo. Mais que dire des observateurs qui pensent que l`accusation de crimes économiques, signifie que sur le
dossier de la crise postélectorale, la justice ivoirienne n`a encore aucune charge sérieuse contre Laurent Gbagbo? Que deviennent les armes de sang, au moment de l’inculpation pour crimes économiques, une sorte d’accusation soft ? L`on apprend que la CPI devra lancer sa propre procédure dans les semaines à venir et que sur la question, le régime Ouattara ne veut rien précipiter. Cette explication suffit-elle à battre en brèche les thèses selon lesquelles, l`inculpation de crimes économiques est une accusation a minima, et en même temps un signal de bonne volonté à l`intention de l`ex-couple présidentiel. Qui devra donc faire profil bas et demander à ses soutiens de sortir de la logique de l`affrontement avec Alassane Ouattara. L`affaire Gbagbo ne fait que commencer.

Elle promet des rebondissements. Pas question donc de se presser. Avec le temps, on en saura un peu plus....

Charles Kouassi

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ