x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le mercredi 10 octobre 2012 | Nord-Sud

Harouna Douamba, pdt Ong Ana : “Il n’y a aucun homme politique derrière nous”

L’Ong Aimons notre Afrique qui œuvre pour un renforcement de la démocratie sur le continent noir, se dote aujourd’hui d’un nouveau siège. Avant l’inauguration, nous avons rencontré son président Harouna Douamba qui nous parle de ses ambitions.

Vous inaugurez aujourd’hui le siège de Ana. A quoi cela répond-il ?
Nous inaugurons le siège Afrique de l’Ong parce que Ana est une Ong internationale. Vu tous les projets que nous devons lancer, il était normal pour nous de procéder d’abord à l’inauguration de ce siège qui répond vraiment à toutes nos ambitions.

Une organisation aussi jeune qui se dote d’un siège. Qui est derrière vous ?
Nous sommes jeunes mais nous avons de grandes ambitions avec beaucoup de projets. C’est Dieu qui est derrière l’Ong Ana. Je me suis battu pour avoir ce siège, pour vous dire qu’il n’y a aucun homme politique derrière nous.

Même pas Soro ?
Même pas Guillaume Soro. Nous avons souhaité remettre le prix du fair-play électoral à Guillaume Soro puisque nous estimons qu’il est un exemple et un model pour l’Afrique. Et en lui décernant ce prix, nous pensons que cela amènera d’autres jeunes africains à avoir le comportement qu’il a eu, à penser à l’intérêt général du peuple et à comprendre que la démocratie est le socle du développement. Le président Soro ne nous a rien demandé. C’est nous qui avons décidé de le remercier et le féliciter.

Vous auriez pu remettre ce prix à Henri Konan Bédié…
Nous avons fait toutes sortes de démarches dans le but d’honorer le président Bédié. Mais, nous avons constaté des obstacles dans les démarches.

N’y a-t-il pas de risque que votre Ong finisse par devenir un mouvement de soutien ?
Non il n’y a pas de risque. Aujourd’hui on parle de réconciliation mais on ne s’interroge pas pourquoi la crise postélectorale est survenue en 2010. Nous avons des élections qui arrivent dans trois ans. Qu’est-ce qu’il faut faire pour préparer les Ivoiriens sur ces élections à venir ? C’est cela qui nous préoccupe et c’est pour cela que nous lançons bientôt la campagne nationale de promotion de la culture démocratique. Nous allons être sur le terrain pour sensibiliser dans les villages les populations sur les bienfaits de la démocratie.

Entretien réalisé par MD

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ