PUBLICITÉ

Politique Publié le mercredi 16 avril 2014 | APA

Elections : l’opposition ivoirienne réclame un « consensus » autour de la CEI

© APA Par Amah Saliou
Le Secrétaire général et porte-parole du FPI, Laurent Akoun dénonce une précipitation dans la réforme de la CEI
Jeudi 10 Avril 2014. Le Secrétaire général et porte-parole du FPI, Laurent Akoun, a dénoncé, jeudi, la « précipitation » avec laquelle le gouvernement a adopté, mercredi, le projet de la loi sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI)
Abidjan - La coalition de l’opposition ivoirienne, baptisée l’Alliance des forces démocratiques et dont fait partie le Front populaire ivoirien (FPI, ex-parti au pouvoir) se réunit, mercredi à Abidjan, pour faire des propositions au gouvernement allant dans le sens d’un « consensus » autour de la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI).

Pour l’opposition significative ivoirienne menée par le FPI, la nouvelle CEI dont la réforme a été annoncée la semaine dernière par le gouvernement doit encore être soumise au débat et au vote du Parlement.

« L’initiative a été prise de façon solitaire par le gouvernement, sans consulter l’opposition », dénonce le 2ème vice-président de l’Alliance des forces démocratiques, Daniel Aka Ahizi par ailleurs, président du Parti ivoirien des travailleurs (PIT).

« Les éléments qui apparaissent dans le texte ne nous conviennent pas (…) Nous avons des propositions pour faire avancer ce texte dans le sens du consensus », ajoute-t-il.

En attendant les recommandations de la réunion de mercredi, des sources persistantes indiquent dans la capitale économique ivoirienne que les partisans de l’ancien Chef de l’Etat Laurent Gbagbo, proposent une CEI de 15 membres selon la clef de répartition suivante : quatre membres pour le pouvoir, quatre pour l’opposition, quatre pour la société civile.

L’opposition propose également trois représentants des ministères techniques, mais qui soient privés du droit de délibération.

Le gouvernement ivoirien a adopté la semaine dernière un projet de loi sur la mise sur pied de la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI) qui passe de 31 membres à 13.

Dans ce projet de loi, la nouvelle CEI est composée de trois représentants du pouvoir, trois représentants de l’opposition, quatre représentants des structures techniques et trois représentants de la société civile.

Cette réforme que tous les acteurs politiques de l’opposition et de la société civile avaient pourtant réclamée depuis longtemps, a été dénoncée par le Front populaire ivoirien (FPI) et ses alliés.

LS/hs/APA

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ