x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 9 décembre 2015 | La Tribune Ivoirienne

Recensement des victimes de guerre: l’opération marque le pas dans le Gbèkè

Les propos rassurants du chef de l'État tenus le lundi en marge des consultations avec les leaders religieux et chefs traditionnels, ont mis du baume au cœur des nombreuses victimes de guerre de la région du Gbèkè. En effet, au lendemain de cette annonce, les locaux de la direction des Affaires sociales, sis au quartier Air France 1 de Bouaké, ont été pris d’assaut par plusieurs victimes venues de diverses contrées de ladite région.

Dame Wedraogo Jeannette, enseignante au collège catholique fille de Béoumi, fait partie de ces nombreuses victimes qui attendaient ce mardi 8 décembre pour se faire recenser afin d'espérer bénéficier de la manne tant promise par le chef de l'État. ''Je suis là depuis 6h et jusque-là, je n'ai pas pu me faire enregistrer'', s'inquiète-t-elle. Dame Ahogo venue, elle, de Brobo dit avoir parcouru des dizaines de kilomètres de son village pour se faire inscrire; malheureusement, jusqu'au moment où nous mettions sous presse, elle était encore dans les locaux du centre d’audition.

Sanogo Sarata, point focal des victimes de guerre, fulmine, pour sa part, contre les responsables de la Commission nationale pour la réconciliation et l'indemnisation des victimes (Conariv) qui n'auraient pas assez communiqué autour de l’opération d’identification et de recensement des victimes de la crise post-électorale. ''Nous estimons que la campagne de communication n'a pas permis à toutes les victimes d'être informées sur la date du début du déroulement et de la fin de l'opération. Nous sommes à deux jours de la fin de l'opération et beaucoup de personnes ne sont pas informées. Ce n'est que hier, après la sortie du chef de l'État à la télé, que les populations, informées, commencent à se diriger vers ce centre d'auditions',' a-t-elle indiqué avant de plaider pour un report de la date.

Konan Diby Jeannot, agent d'audition point focal région du Gbèkè, dit avoir accompli la mission d’un mois à lui assignée par sa tutelle à Abidjan."J'ai une feuille de mission pour une durée d'un mois à compter du 10 novembre au 10 décembre 2015. Nous avons travaillé jusque-là en déployant des équipes mobiles dans les départements en vue d'auditionner le maximum de victimes. Pour ce qui est de la communication, c'est Abidjan qui décide. Nous souhaiterions que cela se fasse si nos supérieures le trouvent nécessaires. Nous ne pouvons rien décider sans Abidjan," a tranché l'agent d'audition de la Conariv à Bouaké.
Notons que le bilan a mi-parcours des victimes auditionnées depuis le 10 novembre jusqu'à ce jour, s'élève à plus de 1200 personnes. Un taux qui, selon le préfet de Sakassou, parait insignifiant pour son département. C'est pourquoi il souhaite que les autorités de la Conariv songent à reporter le délai, question de recueillir les avis des nombreuses victimes qui auront manqué à l'appel.

Bamela

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ