PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 12 février 2016 | AIP

Afreximbank et la NEXIM vont initier un programme conjoint pour relancer la filière cacaoyère du Nigéria

Abidjan – La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) et Nigerian Export-Import Bank (NEXIM), la banque nigériane d’import-export, vont mettre en œuvre un programme d’intervention conjoint pour soutenir la relance de la filière cacaoyère du Nigeria et l’aider à revenir au premier rang des exportations non-pétrolières génératrices de devises étrangères pour le pays, ont annoncé les deux institutions, au Caire.

Afreximbank et la NEXIM ont déclaré dans un communiqué publié à la suite d’un atelier de stratégie, qui s’est tenu au Caire entre le 5 et le 6 février, que le programme permettrait de financer les besoins en fonds de roulement en vue d’accroitre les capacités de production et l’utilisation de capacités de production inexploitées.

D’après un communiqué de presse d’Afreximbank publié vendredi, des financements à moyen et long terme seront également disponibles dans ce cadre, pour faciliter l’optimisation des unités de production existantes et l’établissement de nouvelles infrastructures, tout en permettant aux transformateurs d’avoir un meilleur accès aux marchés pour fournir des produits à forte valeur ajoutée.

Afreximbank travaillera aussi en étroite collaboration avec d’autres institutions nigérianes de financement du développement ainsi que des banques commerciales pour soutenir le secteur du cacao au Nigéria.

Visant surtout à soutenir une production durable à travers toute la chaîne de valeur du cacao, Afreximbank et la NEXIM collaboreront avec les institutions et les parties prenantes appropriées pour faciliter l’émission d’instruments financiers destinés à l’importation d’intrants agricoles qui vont servir à renouveler les vergers avec des variétés à haut rendement, permettant ainsi d’accroître la compétitivité du secteur, a-t-il dit.

Afreximbank adaptera également son Initiative Cacao Afrique (AFRICOIN) pour relever les défis actuels auxquels le secteur du cacao nigérian est confronté, a-t-il ajouté.

Le Nigeria, qui figurait jadis dans le palmarès des plus grands pays producteurs de cacao, a vu sa contribution à la production mondiale chuter, compte tenu de divers facteurs qui ont affecté les volumes de production et également la transformation locale. Cela s’est traduit par une baisse des recettes générées par les exportations de cette matière.

“Cette intervention permettra au secteur du cacao Nigérian de retrouver sa place en tant que pourvoyeur de devises étrangères de premier plan pour le pays, de relancer les activités de transformation et de contribuer à la stabilité économique du Nigeria dans un contexte économique qui se caractérise par des difficultés de liquidités en devises étrangères”, a dit Dr. Benedict Oramah, Président d’ Afreximbank.

Roberts Orya, Directeur Général de la NEXIM, a dit que sa Banque était préoccupée par la valeur baissière des exportations non-pétrolières du Nigéria et, en particulier, par la faible transformation locale du cacao qui se situe à 25% malgré une capacité totale de plus de 250 000 tonnes.

(AIP)

cmas

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ