x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le mardi 16 janvier 2018 | AFP

Côte d’Ivoire: "je suis un prisonnier politique", se défend l’ex-ministre de la Défense de Gbagbo

© AFP Par Atteby
Politique: Le FPI accueille ses militants après leur libération provisoire
Mardi 06 Aout 2013. Riviéra Atoban. 14 Ex-détenus qui ont bénéficié de la liberté provisoire ont eu droit à un accueil chaleureux réservé par les militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien (FPI). Photo : Lida Kouassi.
Abidjan, 16 jan 2018 (AFP) - L'ancien ministre de la Défense de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, Lida Kouassi, a nié mardi les accusations de "complot contre l'autorité de l'Etat" devant la cour d'assises d'Abidjan, se présentant comme un "prisonnier politique".

"Le délit de complot contre l'autorité de l'Etat est un délit éminemment politique. Je suis devant vous en tant que prisonnier politique", a-t-il déclaré devant la cour au deuxième jour de son procès.
"Je ne suis pas un expert en coup d'Etat. Que mes adversaires politiques veuillent bien le comprendre", a-t-il ajouté, soulignant ne pas "avoir été associé à quoi que ce soit".

Selon l'acte d'accusation, "dans le courant du mois de février 2012, la Direction de la surveillance du territoire (DST) recevait une information faisant état de la préparation d'un projet de déstabilisation du régime actuel (du président Alassane Ouattara, ndlr) par des officiers de l'armée en exil au Ghana, constitués en une plateforme militaire, avec l'implication de certains civils et hommes politiques proches de l'ex-président de la République".

C'est suite à cette information que Lida Kouassi, parti au Togo à la fin de la crise post-électorale de 2010-2011, qui a abouti à la chute du président Gbagbo et fait plus de 3.000 morts, a été extradé en juin 2012 par Lomé à Abidjan au motif qu'il se livrait à "des activités subversives".

Lida Kouassi, détenu depuis octobre 2014, comparaît en même temps que trois militaires: le colonel Paulin Katé Gnatoa, le sergent Serge Pacôme Durand Brou et Samuel Zadi Gbaka, un élève officier de la marine, tous accusés de "complot contre l'autorité de l'Etat".

Tous les trois ont été arrêtés à Abidjan le 8 mars 2012, jour "prévu" pour la "réalisation de leur projet".
L'audience doit reprendre jeudi avec le réquisitoire du parquet et les plaidoiries des avocats.


eak/glr

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ