PUBLICITÉ

Société Publié le lundi 15 février 2021 | AIP

Des leaders d’associations de jeunesse de Bouaké sensibilisés contre l’extrémisme violent

Bouaké- Vingt cinq jeunes leaders d’associations religieuses et communautaires ont pris part samedi 13 février 2021 à une séance de sensibilisation contre l’extrémisme violent initiée par le centre de recherche politique d’Abidjan (CRPA) sur le thème « lutte contre la radicalisation des jeunes en Côte d’Ivoire: comment prévenir l’extrémisme violent ? ».

Ce thème a fait l’objet d’un panel animé par deux guides religieux et un politologue. Il s’agit, en l’occurrence, de l’imam Camara Kouakou Issaac, du pasteur Kambou Dabilla et du Dr. Flan Moquet César, politologue de son état et directeur du CRPA.

Pour ces trois panélistes, la radicalisation des jeunes est liée, entre autres, à la méconnaissance non seulement des lois de la République qui posent des balises qu’il faut respecter, mais aussi des livres religieux, notamment, la bible et le coran, qui proscrivent la violence et prônent l’amour, le pardon et la tolérance.

Ils ont également mis en relief l’analphabétisme, la perte des valeurs sociales, la course effrénée à l’argent facile et l’instrumentalisation des jeunes par des entrepreneurs politiques pour servir leur volonté manifeste de créer le désordre.

Cette initiative du CRPA s’inscrit dans le cadre d’un projet qui bénéficie du soutien de l’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire et dont l’objectif est de renforcer la résilience de quatre localités sensibles de la Côte d’Ivoire, notamment, Abidjan, Bouaké, Man et Odienné, en vue de maitriser la stabilité politique et réduire le risque de radicalisation des jeunes.

De façon concrète, ce projet vise à renforcer les capacités politiques de 25 jeunes leaders issus des associations religieuses et communautaires de ces quatre localités, de sensibiliser et éduquer les couches sociales vulnérables et exposées aux risques de radicalisation sur la nécessité de se détourner de l’extrémisme violent et maintenir la stabilité sociopolitique en Côte d’Ivoire et de promouvoir la tolérance interreligieuse.

« En travaillant avec ces jeunes leaders d’opinion, qui proviennent d’associations à caractère religieux et politique, nous avec la ferme conviction que l’impact sera plus grand » a fait observer le directeur du CRPA, Dr. Flan Moquet César, pour justifier le choix des jeunes leaders pour prendre part aux différents ateliers de renforcement des capacités.

rkk

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ