PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 9 avril 2021 | AIP

Le rapport de diagnostic de la situation actuelle de la gestion des déchets solides de la ville de Bouaké rendu public

Bouaké- Le groupement de cabinets EDE-IAGU-ECOPSIS a rendu public le rapport de diagnostic de la situation actuelle de la gestion des déchets solides de la ville de Bouaké jeudi 08 avril 2021 au cours d’un atelier de restitution.

Il s’agissait pour les experts de ce groupement de cabinet de permettre aux acteurs institutionnels et aux ONG de faire des observations et des suggestions en vue d’améliorer le rapport final qui sera la photographie exacte du système de gestion actuelle des déchets solides de la ville de Bouaké afin de mieux orienter les autorités dans la prise de décision.

« Nous avons fait un premier travail, il fallait donc que les acteurs institutionnels et les ONG du secteur environnemental puissent faire le retour. Comment ils appréhendent ce travail et quelles sont les observations et les suggestions qu’ils peuvent nous faire pour améliorer le rapport final, c’est le but de cet exercice que nous venons de faire », a expliqué le chef de mission, Ibrahima Diagne, un expert du cabinet EDE.

Le groupement de cabinets EDE-IAGU-ECOPSIS a été sélectionné à l’issue d’un appel d’offre par la cellule de coordination du projet d’infrastructure pour le développement urbain et la compétitivité des agglomérations secondaires (PIDUCAS) en vue d’élaborer un schéma stratégique pour une gestion intégrée et durable des déchets solides de la ville de Bouaké.

Le rapport de diagnostic, objet du présent atelier de restitution, est un travail préliminaire qui fait l’état des lieux de la gestion des déchets solides dans la ville de Bouaké. « Avant d’élaborer une stratégie de gestion des déchets, il fallait d’abord faire un diagnostic pour savoir quelle est la situation aujourd’hui du secteur de la gestion des déchets solides au niveau de Bouaké sur tous les aspects, notamment, les aspects urbanistique, socio-culturel, économique et technique », a indiqué M. Diagne.

Cette étude diagnostic, dont la durée de réalisation est de huit (06 juillet 2020-06 mars 2021), a bénéficié d’un financement de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), une organisation de la Banque mondiale, précise-t-on.

rkk

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ