PUBLICITÉ

Art et Culture Publié le vendredi 8 octobre 2021 | Le Nouveau Réveil

Littérature : Kouakou Bertin Kouadjo dénonce ``le retrait d’enfants devenu un fonds de commerce en Suède``

© Le Nouveau Réveil Par DR
Kouakou Bertin Kouadjo, Auteur

Suède : Service social, quand le retrait d’enfants immigrés devient un fonds de commerce". Tel est l’intitulé du livre de 294 pages écrit par Kouakou Bertin Kouadjo, ivoirien résident en Suède depuis 2007, paru aux éditions Amazone, en juin 2020. La présentation officielle et la dédicace du livre, ont eu lieu, le mardi 5 octobre 2021, dans les locaux d’Afrique études et stratégies sis à Cocody-Angré. 


A cette occasion, Kouakou Bertin Kouadjo, comptable reconverti en agent de santé, a donné l’objectif de cet ouvrage. « Mon fils Hans Kouadjo a été retiré de la garde parentale, le 25 mai 2012. Il a été maintenu en captivité pendant deux ans. Il était interdit de visite et d’appel téléphonique de ses parents contrairement à la loi, qui prévoit une visite et appel téléphonique des parents par semaine. Aucun de ces enfants n’a un bon niveau scolaire à sa sortie. On constate plutôt qu’ils sont tombés dans les vices tels que la drogue, la cigarette etc. Nos enfants sont en captivité. 


C’est une manière de les éteindre et briser leur avenir. Faire d’eux les parias de la société et présenter les parents des irresponsables. Mais, j’ai pu rencontrer mon fils pendant les deux ans et demi de captivité. J’avais pris des avocats en Suède et en France. Pendant sa détention, mon fils a coûté 35.000 euros à l’Etat suédois. 


Un enfant qui est placé par un assistant social, il perçoit entre 4 millions et 5 millions Fcfa. Leurs honoraires sont classés top secret » a-t-il révélé avant de dénoncer un vaste réseau de fonctionnaires indélicats. « (…) Dans cette atmosphère, trois catégories de victimes se dégagent. Il y a celles qui ferment les yeux et se taisent, celles qui souffrent en silence et celles qui se battent en utilisant tous les moyens de justice. Nous nous sommes rendu compte que le personnel du service social a réussi à mettre dans la tête des populations, qu’il aide les parents dans l’encadrement éducatif des enfants. 


Quand vous vous plaignez, vous êtes condamnés. Moi, j’ai été condamné à 12.000 euros plus les intérêts, soit 18.000 euros que j’ai payés » a-t-il dénoncé, en indiquant les démarches entreprises dans le cadre de cette affaire. « J’ai saisi les Ong internationales des droits humains tels que Transparency justice, Human rights watch, Amnesty international, la presse suédoise, le Premier ministre suédois Je comprends qu’il y a un protectionnisme autour de la question ». « Que l’Etat de Côte d’Ivoire demande des éclaircissements à la Suède. Le passeport de mon fils est encore entre les mains des services sociaux. Or le vrai propriétaire de ce document est l’Etat de Côte d’Ivoire. Il faut que la Suède remette le passeport de mon fils. Je vais saisir l’Ambassade de Suède en Côte d’Ivoire » a conclu l’auteur Kouakou Bertin Kouadjo.


SERGE AMANY

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Art et Culture

Toutes les vidéos Art et Culture à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ