PUBLICITÉ

Société Publié le jeudi 25 novembre 2021 | Abidjan.net

Enquête expresse/Akouédo: retour sur le site abritant l’ancienne décharge 3 ans après la fermeture

© Abidjan.net Par CK
Akouédo a tourné la page de la décharge

5H du matin, ce mardi 31 Août 2021. Après une journée bien chargée, c'est ce moment que choisit Brou Konan Emmanuel, jeune agent de sécurité dans un des quartiers chics bâtis avant la commune de Bingerville, pour regagner son domicile. Mais bien plus, c'est par le site de l'ancienne décharge d'Akouédo, planté au cœur du village Atchan ou Ebrié (autochtones) du même nom, qu'il passe son chemin pour rejoindre les siens. C'est avec lui que nous faisons la route, ce jour, à la 'rencontre' de la fameuse décharge. "Depuis la fermeture du site de la décharge d'Akouédo et la décision de sa réhabilitation, les environs du site ne sont plus le nid de bandits. Je passe désormais par-là, même à des heures plus indues pour aller au boulot ou pour en revenir", explique-t-il, non sans humer gloutonnement, l'air frais que ce jour naissant offre à ses poumons qui en redemandent chaque fois.


Pour bien comprendre le jeune Brou Emmanuel, la décharge d'Akouédo est cet imposant site de plus de 100 hectares que la chefferie dudit village rétrocédé à l'État de Côte d'Ivoire, il y a 53 ans, aux fins qu'il serve de lieu de dépôt des ordures ménagères collectées sur tout le territoire abidjanais. Qui n'a pas connu la décharge d'Akouédo ? On y trouvait de tout. Déchets solides, liquides, humains, cadavres d'animaux et d'humains, des bandits que souventes fois leurs compagnons abandonnaient par là. C'est en plus le « marché » de quelques pauvres individus surtout des femmes qui venaient y « piocher » quelques objets à revendre (bouteilles et en plastique en verre et autres objets encore utilisables).


« Plusieurs fois ici, nous avons été obligés de secourir des femmes enceintes qui sont tombées dans les pommes, qui ont perdu du sang et ont fait des fausses couches. À l'hôpital, on a dit à nos parents que tout était dû à la mauvaise odeur qu'elles respiraient en travaillant sur la décharge", accuse notre interlocuteur.


Que dire alors des riverains eux-mêmes ? Que n'ont-ils pas endurer comme inconfort dû à l'odeur pestilentielle avec laquelle certains ont passé toute leur vie.


Témoignages


Mais aujourd'hui Akouédo a tourné la page de la décharge. Le passé est désormais derrière et l'avenir est radieux avec la réhabilitation qui sonne le glas des choses du passé. Des propriétés de terrain se sont mises à l’ouvrage pour construire des maisons alors qu’impossible jusque-là. « Mon patron a acquis ce terrain depuis 2007, mais il n’a pas pu construire à cause des odeurs des ordures. Mais aujourd’hui, comme vous le constatez , plusieurs propriétaires de terrain comme mon patron ont commencé à construire » nous révélé un contremaître en maçonnerie sur un chantier en plein évolution.


Le Nouveau visage du site


La fermeture de la décharge d’Akouédo s’accompagne d’un projet de réhabilitation de cet espace en un parc écologique urbain. La réalisation de ce projet, d’un coût global d’environ 96 milliards de FCFA intègre, un accompagnement social qui s’inscrit dans la continuité du soutien de l’État de Côte d’Ivoire à la population villageoise d’Akouédo.


Le parc urbain qui sera construit sur 100 hectares comprendra des zones de loisirs et de sports ainsi qu’un centre de formation aux métiers du recyclage et de l’environnement.


Il s’agit à travers la construction de ce parc écologique, de remercier les populations qui, pendant cinquante-trois (53) ans ont vécu à proximité de la décharge d’Akouédo et en ont supporté les désagréments.


La fermeture de la décharge a été accueillie avec joie par les populations qui ont exprimé leur gratitude au Président Alassane Ouattara pour ce grand acte de soulagement et d’embellissement futur de leur cadre de vie. 


Akouédo a tourné la page de la décharge. Cap sur le développement.



Cyprien Kouassi

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ