x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 28 janvier 2022 | AIP

La Côte d’Ivoire ambitionne d'atteindre 50% du taux de transformation de la noix de cajou d’ici à 2025

© AIP Par DR
La noix de cajou

Abidjan, La Côte d’Ivoire a 14% du taux de transformation de sa production de noix de cajou et envisage d'atteindre 50% d’ici à 2025.


Pour atteindre cet objectif, les acteurs du secteur du cajou, particulièrement les transformateurs se sont assemblés jeudi 27 janvier 2022 à Abidjan, pour un partage d’expériences et de réflexions en vue de booster la campagne annuelle de production dont l’ouverture est prévue pour le 04 février.


Plus de 50 représentants d’unités de production, de bailleurs de fonds et de banque ont répondu présents à l’appel de l’Association professionnelle des transformateurs industriels du cajou (APROTIC), pour une meilleure approche de financement du secteur.


« Malgré les efforts consentis par l’Etat pour lancer la transformation, il y a malheureusement encore de nombreux problèmes. Plus particulièrement celui du financement des unités de transformation et celui de la disponibilité de la noix et du marché local », a déclaré le président de l’APROTIC, Sanogo Tahirou.


Pour la directrice générale de Fin’Elle, Kouakou Pierrette, cet « atelier de formation sur la stratégie de financement de la campagne cajou 2022 », est bien choisi pour présenter son portefeuille de solutions afin de challenger la chaîne de valeur.


La Côte d’Ivoire est le premier pays transformateur de la noix de cajou en Afrique et le troisième dans le monde en 2021 avec 136 854 T transformées. Elle est le leader mondial au niveau de la production et de l’exportation de l’anacarde brut avec 805 748 000 T exportés.


Le prix plancher obligatoire de la noix de cajou a été fixé à 305 FCFA au titre de la campagne 2022 dont l’ouverture est prévue pour le 04 février. Le respect du prix minimum bord champ fixé à 305 en 2020 a permis une hausse de 14% des revenus des producteurs de l’anacarde passant de 297 milliards de F CFA distribués dans la filière à 339 milliards de FCFA pour l’année 2021, avait indiqué, mercredi 26 janvier, le porte-parole du Gouvernement, Coulibaly Amadou, à l’issue d’un conseil des ministres.


En 2021, la production nationale de la noix de cajou a atteint 968 676T, soit une hausse de 14% par rapport à l’année précédente qui avait enregistré une production de 848 700 T. Pour cette année, le Gouvernement envisage une production de 1 040 000T, ce qui représenterait le quart de la production mondiale, selon son porte-parole.


Pour ce faire, Sanogo Tahirou appelle tous les opérateurs du secteur de la transformation à rejoindre l’APROTIC pour une meilleure participation au bien-être de la filière.


(AIP)


eaa/cmas

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ