x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 4 février 2022 | AIP

Persistance de la fuite de l’anacarde vers les pays limitrophes: l'union des forces recommandée pour y mettre fin (Feature)

© AIP Par DR
La saison de noix de cajou a commencé
Jeudi 12 mai 2016.

Bondoukou – Le préfet de région du Gontougo, préfet du département de Bondoukou, Sory Sangaré, invite les acteurs impliqués dans la commercialisation de l’anacarde dans les régions du Gontougo et l’Indénié Djuablin, à unir leurs forces, afin de venir à bout du trafic illicite des noix de cajou vers les pays limitrophes, un fléau persistant dont les effets sont la baisse du volume officiellement déclaré du cajou dans ces deux régions sus citées. Sory Sangaré s'exprimait lors du lancement des activités des comités de veille, mercredi 2 février 2022, à Bondoukou.


Baisse de la production d’anacarde dans le Gontougo


La production de l'anacarde dans le Gontougo s’amenuise malgré les initiatives des faitières et des forces de défense et de sécurité, pour contrer le trafic illicite des noix de cajou vers le Ghana. De 52 393 t de noix de cajou produits en 2017 dans le Gontougo, la production locale en 2021 est estimée à 19 555 tonnes, révèlent les chiffres fournis par le directeur des systèmes d’information, Gue Simplice du Conseil coton anacarde (CCA).


Cette décroissance de la production des noix de cajou est perceptible à Koun Fao, qui totalise 1321 t en 2021 contre 1482 t en 2017. A Sandégué, l’on enregistre 3077 t en 2021 contre 3670 t en 2017. Et à Tanda, la production de noix de cajou s’élève à 3361 t en 2021 contre 12 607 t en 2017.


Les revenus tirés de l'anacarde sont déversés, en grande partie au Ghana, au détriment du développement local, selon le directeur des systèmes d’informations du CCA. «  Bondoukou sombre. Quand la région du Béré monte. Au point d’avoir des difficultés à être représentée dans l’interprofession en constitution », a-t-il déploré. Le berceau de l’anacarde, Bondoukou se trouve à avoir des difficultés. « C’est un problème majeur pour la région qui compte une grande quantité des produits qui se dirige vers les pays limitrophes », s’est –t-il insurgé.


Les mesures répressives semblent inefficaces


Selon le préfet de Bondoukou, Sory Sangaré, il faut lutter contre le fléau de la fuite des noix de cajou vers le Ghana. Il a déploré que des personnes contournent les dispositions prises par les responsables du CCA, lors des campagnes précédentes.


Les mesures prises par la direction locale du CCA peinent à circonscrire le tableau sombre de cette pratique. En 2021, des escortes de véhicules chargés de noix de cajou, des tournées de sensibilisation contre les méfaits de la vente illicite de l’anacarde, la fermeture des magasins des acheteurs aux abords des frontières et l’interdiction de véhicules chargés de noix de cajou sans fiche de transfert d’un département à un autre ont permis de saisir une maigre partie estimée au total, à 153 tonnes d’anacarde en fuite vers le Ghana.


Ces camions interpellés s’adonnaient à ces pratiques illicites et circulaient sur les axes Tanda- Assuefry, Tankéssé, Gouméré - Assuefry, Damé – Agnibilekrou et Koun Fao- Assuefry. Face à cette donne, le préfet de Bondoukou a invité, par conséquent, les acteurs à prendre à bras le corps cette préoccupation majeure pour cette région. « Des populations vivent de cette pratique frauduleuse », a-t-il dit, invitant les FDS et les acteurs de cette filière à y mettre fin.


Des voies de solution proposées pour mettre fin au fléau  


Sous la direction du corps préfectoral des régions de l'Indénié Djuablin et du Gontougo, à la tête des comités de veille crées, à cet effet, le reprofilage des voies situés le long des frontières est envisagé. " Les routes quasiment impraticables le long des frontières encouragent des planteurs d’anacarde à lorgner vers le Ghana", estiment des producteurs.


Lors des périodes des funérailles qui ont lieu, pour certains, avant le lancement de la campagne nationale de l’anacarde, les familles cherchent des voies de livraison de leurs produits pour répondre à leurs besoins de subsistance. Et le trafic frauduleux semble être leur solution. Des mesures pour remédier à ces situations s'imposent, a-t-on appris sur place.


En outre, l'appareil judiciaire a été invité à punir conséquemment les indélicats, qui se livrent à ces activités. Un maillage des 70 pistes contournées pour se rendre au Ghana doit être de mise par une surveillance accrue, a proposé le corps préfectoral des régions de l’Indénié Djuablin et du Gontougo.


La Côte d’Ivoire est le premier pays transformateur de la noix de cajou en Afrique et le troisième mondial en 2021, avec 136 854 T transformées. Elle maintient sa place de leader mondial au niveau de la production et de l’exportation de l’anacarde brut avec 805 748 T exportés.


Le prix plancher obligatoire de la noix de cajou a été fixé à 305 FCFA /kg au titre de la campagne 2022 dont l’ouverture est prévue pour le 04 février. Les autres prix planchers sont respectivement 330 FCFA/kg au magasin intérieur, 359 FCFA/kg au magasin usine et 389 FCFA/kg au magasin portuaire.


nmfa/ask

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ