x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 18 février 2022 | Le Mandat

Conservation des ressources génétiques de poisson: Sidi Touré s’imprègne de la capacité du CNRA de Bouaké

© Le Mandat Par DR
Conservation des ressources génétiques de poisson: Sidi Touré s’imprègne de la capacité du CNRA de Bouaké
Journée très chargée pour le ministre ivoirien des Ressources animales et halieutiques ce jeudi 17 février 2022. Après la visite du site de l’école de spécialisation en pisciculture et pêche continentale de Koubi à Tiébissou, Sidi Touré s’est rendu sur un autre site pilote du PSTACI, le Centre national de recherche agronomique (CNRA) de Bouaké (centre ivoirien, à 342 Km de la capitale économique, d’Abidjan).

Journée très chargée pour le ministre ivoirien des Ressources animales et halieutiques ce jeudi 17 février 2022. Après la visite du site de l’école de spécialisation en pisciculture et pêche continentale de Koubi à Tiébissou, Sidi Touré s’est rendu sur un autre site pilote du PSTACI, le Centre national de recherche agronomique (CNRA) de Bouaké (centre ivoirien, à 342 Km de la capitale économique, d’Abidjan).


Le ministre a eu une séance de travail avec le personnel, relativement aux préparatifs de la visite du Premier ministre de Côte d’Ivoire Patrick Achi, une visite qui se tiendra dans le cadre des activités liées au Programme Stratégique de Transformation de l’Aquaculture en Côte d’Ivoire.

Sidi Touré s’est aussi penché sur la capacité du CNRA, quant à la conservation des ressources génétiques de poisson et les différents appuis à faire afin d’améliorer la protéine halieutique du pays.


Egalement, le ministre a visité les installations sur le site, après quoi il s’est engagé à apporter des solutions visant à rendre le CNRA de Bouaké plus efficace en matière de recherches.

Pour rappel cette station créée depuis les années 1956, a subi les affres de la crise de 2002, ce qui continue d’avoir des répercussions néfastes sur son fonctionnement optimal à ce jour en termes de développement de la pêche et de l’aquaculture continentale en Côte d’Ivoire. Mais aujourd’hui, la menace sérieuse dont fait l’objet le CNRA est l’émiettement par les riverains et certaines structures publiques de ses espaces estimés à 400 hectares. Il y a également que l’ensemble des installations du CNRA demandent une réhabilitation.


« Nous ferons en sorte d’apporter quelques mises à niveau dans ces différents dispositifs pour nous permettre à échéance que le plan stratégique de transformation de l’aquaculture soit une réalité, pour que nous puissions changer la donne en terme de disponibilité du poisson local sur nos différents marchés », avait promis le ministre Sidi Touré.


Abdel-Habib Dagnogo

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ