x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le dimanche 27 février 2022 | Abidjan.net

La Côte d’Ivoire bénéficie d’un financement du Fonds vert pour le climat pour un projet de bâtiments verts

© Abidjan.net Par FN
Atelier de lancement du projet d'appui de mise en place d'un véhicule national financier axé sur les bâtiments et les infrastructures écologiques
Abidjan le 24 février 2022. Un atelier de mise en place d'un véhicule national financier axé sur les bâtiments et les infrastructures écologiques s'est tenu ce jeudi à l'initiative du Global Green Growth Institute (GGGI)

Une subvention du Fonds Vert pour le Climat ou Green Climate Fund (GCF) à hauteur de 500 000 Un dollar est accordé à la Côte d’Ivoire pour entreprendre un programme de préparation appelé ‘’ Readiness’’ de vingt-quatre mois en collaboration avec l’Institut Mondial pour la Croissance Verte ou Global Green Growth Institute (GGGI).


Le projet a été lancé ce jeudi 24 février 2022 à l’hôtel Ivotel au Plateau, en présence de plusieurs personnalités.


Il vise à faciliter l'investissement du secteur privé et participer à la transition vers une croissance verte grâce à la mise en place d’un véhicule national financier axé sur les bâtiments et les infrastructures verts (NGBIFV).


Le GGGI aide la République de Côte d'Ivoire à travers son Autorité Nationale Désignée (AND), la Banque Nationale d’Investissement (BNI) à adopter le modèle de transition pour la croissance verte en soutenant la gestion de la mise en œuvre des projets et programmes stratégiques selon les explications de Vieyra OLOLA, la représentante résidente.


« Cet atelier marque ainsi le démarrage effectif de la mise en œuvre des activités qui verra la mise en place d’une règlementation et de normes minimales pour les bâtiments écologiques, en renforcement du Code de la construction et du logement. Il contribuera à réduire les émissions de CO2 dans le secteur à travers l’élaboration de normes sur les bâtiments éco-énergétiques et des formations aux acteurs concernés. », a-t-elle étayé.


En ce qui concerne l'Accord-cadre GGGI-GCF, en tant que Partenaire de mise en œuvre, le GGGI entreprendra la mise en œuvre du projet, y compris sa gestion financière, comme l’explique Vieyra OLOLA, représentante résidente du GGGI.


« le projet permettra de faciliter l’investissement du secteur privé par la mise en place d’un véhicule financier dédié aux bâtiments écologiques et à l’infrastructure ainsi qu’à l’acces de la Banque Nationale d’Investissement (BNI) à son accréditation en tant qu’entité d’accès direct du pays au Fond Vert Climat et finalement, l’élaboration d’une stratégie de ville verte et une note conceptuelle pour la mobilisation de financement. », a-t-elle signifié.


le Ministre de l’Environnement et du Développement durable, représenté par son son Directeur de cabinet adjoint KODEHI Gnahoré a salué cette initiative pour le bien-être des populations ivoiriennes. Il a indiqué que le projet aidera le pays à tirer parti du potentiel inutilisé du secteur de la construction et du bâtiment pour atténuer les effets du changement climatique par la mise en place d'un système de conformité minimale pour les bâtiments verts.


Le programme de préparation pays permettra d’élaborer une stratégie ville verte pour le district d’Abidjan. 


A cet effet, le Ministre Gouverneur, BEUGRE Mambé a annoncé la présentation officielle du plan climat du district d’Abidjan. Le Ministre Gouverneur a invité les techniciens à formuler des solutions adaptées aux réalités des populations tout en simplifiant pour leur bonne compréhension. 


« Toutes les villes de Côte d’Ivoire doivent élaborer leur plan climat en vue de diagnostiquer l’impact du climat sur le futur de notre pays. A partir de ces plans on identifie tous les projets qui peuvent être mis en application pour réduire l’impact négatif des changements climatiques  sur le développement de la Côte d’Ivoire. Il ne faut pas négliger l’importance des changements climatiques, car l’exemple d’Abidjan nous donne d’observer une forte pluviométrie, des micros climat à Abidjan, la prolifération des ordures ménagères. Il faut être concret que les ingénieurs se mettent ensemble pour trouver des réponses adaptées au moment », a-t-il exhorté. 


Pour rappel, le GGGI à travers son traité intergouvernemental appui ses pays membres dans la mise en œuvre de leur Contributions Déterminées au niveau National (CDN) à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques et à l’atteinte des ODD d’ici 2030.



Le GGGI compte aujourd’hui 43 pays membres et couvre 33 programmes avec un niveau de financement climatique de 600 million USD d’investissement.



NK avec Sercom

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ