x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le dimanche 10 avril 2022 | APA

L'alliance PPA-CI et PDCI, "c'est très sérieux" et doit aller en "profondeur" (Gbagbo)

© APA Par DR
Meeting à Bangolo de L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo
L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, a déclaré samedi que l'alliance entre sa formation, le PPA-CI et PDCI (opposition), "c'est très sérieux" et doit aller en "profondeur pour la Côte d'Ivoire", lors d'un meeting à Bangolo, dans l'Ouest ivoirien.

APA - L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, a déclaré samedi que l'alliance entre sa formation, le PPA-CI et PDCI (opposition), "c'est très sérieux" et doit aller en "profondeur pour la Côte d'Ivoire", lors d'un meeting à Bangolo, dans l'Ouest ivoirien.


"Pour moi, c'est très sérieux, l'alliance que nous avons scellée avec le Pdci (Parti démocratique de Côte d'Ivoire), parce que cette alliance nous donne une large manœuvre pour concevoir des politiques audacieuses", a dit M. Laurent Gbagbo.


A LIRE/Laurent Gbagbo appelle les militants du PPA-CI à reconquérir le pouvoir aux prochaines élections


Depuis son retour en Côte d'Ivoire, en juin 2021, après son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), c'est son premier périple que l'ancien chef de l'Etat ivoirien Laurent Gbagbo effectue dans l'Ouest du pays.


La veille, M. Gbagbo a indiqué s'être rendu à Duékoué, "où les gens sont morts enterrés comme des bêtes", dans cette ville qui a connu les affres du conflit post-électoral de 2010-2011, ayant fait selon des enquêtes officielles, plus de 3.000 morts. 


"Ça m'a touché" de voir des fosses communes à Duekoué et autour de la ville où des gens furent ensevelis, a-t-il ajouté, exhortant les populations à continuer de vivre et à essuyer leurs larmes, car "quand on a des larmes dans les yeux, on ne voit pas très clair, il faut cesser de pleurer et avancer". 


"Chers amis, chers parents, il y a de l'espoir", a-t-il lancé, insinuant qu'il y a des gens qui veulent s'unir avec leurs frères et qui fondent cet espoir, ils sont là, en allusion à cette alliance politique à travers ses cadres.


"Essuyer les larmes, il y a de l'espoir en Côte d'Ivoire", a-t-il poursuivi. Toutefois, l'ancien chef de l'Etat ivoirien a relevé que ces deux formations politiques de l'opposition doivent avoir du cran pour se projeter.


Pour lui, "ce n'est pas une petite coopération électorale" qui doit focaliser leur attention, "il faut aller en profondeur pour la Côte d'Ivoire", tout en invitant les émissaires de M. Henri Konan Bédié, chef du Pdci, à le lui faire part. 


Concernant la question de décentralisation, il a martelé que Abidjan qui concentre toutes les "infrastructures de renom" n'est pas toute la Côte d'Ivoire. Aujourd'hui, la capitale économique est "surpeuplée" et il faut investir à l'intérieur du pays pour un développement équilibré.


Selon M. Gbagbo, les investissements attirent la population. Par conséquent, en construisant des infrastructures partout dans le pays, les autres villes de la Côte d'Ivoire pourront se développer et être mieux valorisée.


Il a déploré le découpage administratif actuel qui consacre une trentaine de régions. L'ancien président ivoirien estime que 10 régions regrouperont davantage de localités et pourront bénéficier des infrastructures de taille, telle une université publique.


Évoquant le transfert de la capitale à Yamoussoukro, il a rappelé qu'en 1982, feu Félix Houphouët-Boigny, le premier président ivoirien a pris une loi pour son effectivité. A sa suite, il a lancé les travaux de la présidence qui n'ont plus été poursuivis.


Sur le volet économique, M. Laurent Gbagbo a fait savoir que la Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao (représentant 40% de la production mondiale), devrait avec d'autres pays producteurs, tels que le Ghana et le Cameroun s'associer pour fixer le prix du cacao. 


"Il faut se battre pour établir des règles très clairs pour la vente des produits agricoles", a-t-il laissé entendre. La Côte d'Ivoire et le Ghana, deux pays voisins de l'Afrique de l'Ouest, représentent 62% de la production mondiale de cacao.


A Bangolo, une délégation du Pdci, conduite par le député Do Simon, a pris part au meeting. M. Laurent Gbagbo, président du Parti des peuples Africains Côte d'Ivoire (PPA-CI, opposition) a promis, au terme du rassemblement, d'échanger avec ces membres du Pdci, ex-allié au pouvoir. 




AP/ls/APA

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ