x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le lundi 18 juillet 2022 | AIP

Les cadres de Gohitafla invités à contribuer à la construction de la préfecture et de la résidence du préfet (Autorité)

Zuénoula - Le premier préfet du nouveau département de Gohitafla, Kouakou Yao, a appelé les cadres à contribuer à la réalisation des infrastructures devant abriter les services administratifs et des logements décents pour accueillir les fonctionnaires.


« À la faveur de la visite d'Etat dans la région de la Marahoué en septembre 2020, le président de la République a accédé à la doléance principale des populations de Gohitafla en leur octroyant un département. Et les mois qui ont suivi, il a affecté un préfet », a indiqué le préfet lors d’un entretien dimanche 17 juillet 2022 avec l’AIP.


En dépit de cette volonté politique affirmée et démontrée, les populations, en particulier les cadres, ne semblent pas être prêtes à recevoir le préfet parce qu'il n'existe ni résidence ni bureaux pour la préfecture.


Sans logement, le préfet a dû faire le trajet Tiassalé-Gohitafla pour tenir des réunions et préparer les élections législatives deux mois durant après sa prise de fonction officielle le 29 janvier 2021.


Actuellement logé dans une villa privée, le tout premier préfet de Gohitafla lance un appel, « cri de cœur » pressant aux cadres.


« Je voudrais lancer un appel. Ce que vous avez demandé, le président de la République vous l’a donné. On vous demande un tout petit effort, ne serait-ce que trouver les moyens pour loger le préfet, trouver les moyens pour faire travailler le préfet comme il se doit. Toutes les personnes qui y passent constatent que cela n'est pas digne du département de Gohitafla. Même les populations elles-mêmes ont honte de cette situation. Malheureusement les cadres manifestent leur indifférence », a déploré Kouakou Yao.


A son avis, Gohitafla regorge de nombreux cadres aussi bien dans le privé que dans l'Administration publique pour « faire quelque chose ».


« Je ne veux pas faire de la politique. C'est un cri de cœur. Car la non implication dans la réalisation des infrastructures administratives et des logements fragilisent notre action. J'ai mal au cœur. Mais notre mission est un sacerdoce, et nous l'accomplissons avec bon cœur », a-t-il lancé.


akr/aaa/cmas

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ