x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le mardi 26 juillet 2022 | AIP

Une start-up revalorise les produits alimentaires invendus

© AIP Par DR
Une start-up revalorise les produits alimentaires invendus
Une star-up ivoirienne, Bii Côte d’Ivoire, engagée dans la lutte contre le gaspillage et l’insécurité alimentaire, a décidé de révolutionner les méthodes en revalorisant les invendus des professionnels alimentaires.

Abidjan - Une star-up ivoirienne, Bii Côte d’Ivoire, engagée dans la lutte contre le gaspillage et l’insécurité alimentaire, a décidé de révolutionner les méthodes en revalorisant les invendus des professionnels alimentaires.


Conduite par sa co-fondatrice et directrice générale, Julia Venn, l’entreprise a scindé sa méthode en trois étapes avec des acteurs clés du secteur, « et cela à zéro coût et zéro empreinte carbone ».


Les professionnels du secteur alimentaire sont les donneurs (food donors). Ils mettent leurs excédents à la disposition de Bii.


Les institutions qui s’occupent des enfants vulnérables sont les receveurs (food receivers). Ils préparent les aliments reçus pour leurs pensionnaires, ce qui leur permet d’augmenter la quantité de nourriture pour les enfants et aussi de diversifier leur menu.


Les structures de livraison alimentaire sont les transporteurs (food transporters). Elles récupèrent les produits qui se trouvent sur leur trajet et les acheminent vers les centres d’accueil qui sont également sur leur trajet, évitant ainsi d’émettre du carbone supplémentaire.


Tout le processus, automatisé par Bii, a permis au cours des six premiers mois de l’année 2022, de sauver du gaspillage un volume global de 4,656 tonnes de produits, évitant ainsi l’émission de 8,8 tonnes de carbone supplémentaires, relève une note d’information transmise à l’AIP le mardi 26 juillet 2022.


Ce volume comprend notamment 18.000 produits répartis entre les différentes structures d’accueil partenaires, et bénéficiant à 399 enfants.


Au total, les donations sont à un montant global de 36,6 millions de F CFA, précise le document.


« Parvenir à collecter des excédents auprès des boulangeries, hôtels et supermarchés et les acheminer vers des centres d’accueil à zéro coût et zéro CO2 supplémentaire et faire le suivi de l’impact social et environnemental de manière digitalisée est, pour nous, une grande révolution dans le champ de lutte contre le gaspillage alimentaire en Côte d’Ivoire », estime Julia Venn.


Sa jeune entreprise qui qui a démarré ses activités en Côte d’Ivoire en 2020, et est également présente au Maroc et à Madagascar, prévoit dans les prochains mois de mettre au point une plateforme en ligne pour mettre les excédents des mêmes surfaces à la disposition du grand public à moitié prix.


« Cette nouvelle activité nous permettra de nous autofinancer pour pérenniser l’activité de donation et de lutte contre le gaspillage de façon autonome », explique Mme Venn.


Selon le rapport de la FAO en 2020, 811 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. Un enfant sur cinq de moins de cinq ans souffre de malnutrition, alors que 30% de la production alimentaire mondiale est gaspillée.


« Si cette perte était valorisée et redistribuée efficacement, nous pourrions nourrir toutes les personnes souffrant de la faim dans le monde », conclut la note d’information.


(AIP)


tm

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ