x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le mardi 16 août 2022 | Le Patriote

Interview/Sidi Touré à propos du PSTACI: " L'élevage de poisson est le futur Café-Cacao de la Côte d'Ivoire"

© Le Patriote Par DR
Le Ministre des Ressources Animales et Halieutiques, Sidi Tiémoko Touré

Le Ministre des Ressources Animales et Halieutiques, Sidi Tiémoko Touré, revient, dans cette interview, sur les grands axes de l’ambitieux Programme Stratégique de Transformation de l’Aquaculture en Côte d'Ivoire (PSTACI). 


M. le Ministre, la Côte d’Ivoire a célébré, le 07 août 2022, l’an 62 de son accession à l’indépendance. Comment avez-vous vécu ces festivités et qu’est-ce que cela change pour le pays ?  


Sidi Tiémoko Touré (STT) : c’est avant tout une célébration exceptionnelle et inoubliable à plusieurs titres ; c’est Yamoussoukro, ville natale du Président Félix Houphouët Boigny, notre capitale politique, la présence des chefs d’états, le défilé que bon nombre n’avait jamais vu, notre rencontre de football, le concerto. Mais la veille, le message du Président de la République avec les décisions prises, tant pour l’ex-président Gbagbo et certains militaires sont importantes pour la réconciliation. La revalorisation des conditions de vie des fonctionnaires est très salutaire. Vous savez l’an 62 de l’accession à l’indépendance de notre pays nous a replongé dans la vision du Président de la République SEM Alassane OUATTARA ; faire de la Côte d’Ivoire un modèle de développement en Afrique et dans le monde. Mettre en place tous les leviers d’une indépendance à tous les niveaux et créer les conditions d’un vivre ensemble vrai entre les ivoiriens et entre la Côte d’Ivoire et les autres pays. Car c’est dans l’union, la paix et la cohésion que nous construirons tous, ce beau et cher pays à nos cœurs. 


M. le Ministre, vous êtes à la tête du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH), lequel département a lancé, lundi 1er août 2022 à Bouaké, en présence du Premier Ministre Patrick Achi, le Programme Stratégique de Transformation de l’Aquaculture en Côte d'Ivoire (PSTACI) ? De quoi s’agit-il ? 


S.T.T. : Le Programme Stratégique de Transformation de l’Aquaculture en Côte d'Ivoire, ci-après dénommé « PSTACI » est créé, dans le cadre de la mise en œuvre du programme ‘’Côte d’Ivoire Solidarité’’ en lien avec la Politique Nationale de Développement de l’Élevage, de la Pêche et de l’Aquaculture (PONADEPA 2022-2026). La production halieutique ivoirienne est insuffisante pour couvrir la demande nationale qui s’accroît très rapidement et ce depuis 2012 ; en 2017, les importations représentaient 90% de la consommation nationale. En 2018, le volume des importations était estimé à 500 000 tonnes. Cette dépendance se traduit, en 2021, par des chiffres éloquents et frustrants : environ 14% seulement de nos besoins en produits halieutiques sont couverts par la production nationale. Tandis que 86 % des besoins sont importés, soit plus de 50,76 milliards de sortie de devises. L’aquaculture apparaît dans ce contexte comme un levier important pour combler ce déficit qui ne reflète nullement l’important potentiel dont recèle le pays. Au niveau mondial, l’activité connaît un taux de croissance très élevé. La mise en œuvre du PSTACI devrait permettre à notre pays de produire environ 500 mille tonnes de poisson à l’horizon 2030, avec une chaine de valeur estimée à environ 825 milliards de FCFA, de façon à réduire significativement la dépendance extérieure en protéines halieutiques.


La mise en place d’un tel projet nécessite une chaîne de valeur compétitive. Alors qu’en est-il du PSTACI ?


S.T.T. : Bien évidemment. Le PSTACI vise à mettre en place les bases d’une industrie aquacole nationale performante et compétitive à travers deux (2) projets, dont : - Le projet de Transformation de l’Aquaculture en Côte d’Ivoire ; - Le Projet de Vulgarisation des Acquis du Projet de Transformation de l’Aquaculture en Côte d’Ivoire et de Mise en place des bases de l’industrialisation aquacole. La bonne mise en œuvre du programme permettra d’amorcer le développement futur de PME et de Grandes Entreprises capables non seulement de satisfaire la demande nationale, mais également d’envisager l’export pour lequel les besoins mondiaux sont de plus en plus croissants. Il permettra aussi de stimuler l’investissement dans le secteur aquacole.


Quelles sont les objectifs et principes de ce projet ?


S.T.T. : Le PSTACI vise à faire du secteur aquacole un instrument majeur de croissance économique, de lutte contre la pauvreté, de sécurité alimentaire et de création d’emplois. Ce programme porte plus spécifiquement sur le développement accéléré d’un écosystème aquacole intégré et propice à l’activité entrepreneuriale et à l’accroissement des investissements privés, par la levée des obstacles sur l’ensemble de la chaîne de valeur. De façon spécifique, il a pour objectif de stimuler l’investissement dans le secteur aquacole en s’appuyant en priorité sur plusieurs actions. Notamment, la mise en place de mesures d’incitations sur les intrants et équipements aquacoles, la mise en œuvre d’expériences de démonstration de modèles techniques de fermes productives et rentables d’une part. D’autre part, l’objectif du PSTACI va consister à la mise en place d’un cadre institutionnel pérenne et efficient d’assistance aux investisseurs privés ; puis à la mise en place de règlementations et la réalisation d’investissements de base pour booster l’attractivité de l’activité aquacole pour déboucher sur la conception et le développement de modèles de partenariats publics/privés viables et durables. Un autre aspect du programme, c’est la formation de compétences dans les spécialités aquacoles dans les secteurs publics et privés. Les résultats du PSTACI seront atteints à travers la mise en place de modèles de production et de centres d’alevinage pour l’appui au développement d’entreprises viables de la chaîne de valeur aquacole à travers la création d’infrastructures sur les sites pilotes à savoir : des écloseries, des étangs, l’installation de plusieurs centaines de cages flottantes sur les plans d’eau, lesquels contribueront à produire des alevins en masse.


Quelle est la durée du PSTACI et en quoi consiste la mise en œuvre de la première phase ?


S.T.T. : Les activités du PSTACI ont une durée de 5 ans renouvelable une fois. La mise en œuvre de cette première phase du programme se fera avec l’accompagnement d’experts malaisiens qui travaillent en parfaite symbiose avec nos experts nationaux en matière d’aquaculture. Par ailleurs, un programme de formation des acteurs des secteurs publics et privés se déroulera sur des périodes déterminées, de sorte à faire bénéficier à un plus grand nombre, les technologies aquacoles les mieux appropriées pour notre pays. La bonne implémentation de cette phase pilote servira dans un futur proche à la vulgarisation sur l’ensemble du pays, de tous les acquis.


Monsieur le Ministre, vous avez évoqué, plus haut, la mise en place de centres d’alevinages. Pouvez-vous nous en dire plus ?


S.T.T. : Les centres d’alevinage sont des sites dédiés à la formation et à l’accompagnement des entrepreneurs de la chaîne de valeur aquacole des zones halieutiques de leur implantation. A cet effet, environ 2 millions d’alevins ont déjà été produits pour le compte du PSTACI à la station de recherche sur la pêche et l’aquaculture continentales du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) de Bouaké. Pour la mise en œuvre des activités de démonstration du programme, trois (3) premiers sites ont été retenus comme centres d’alevinage à savoir : la station piscicole de la Loka dans le département de Botro, dans la région de Gbèkè, sur l’axe Bouaké – Béoumi ; l'école de spécialisation en pisciculture et pêche continentale (ESPPEC) de Koubi dans la Commune de Tiebissou, et enfin le site du Centre de Recherche Océanologique (CRO dans le Département de Grand Lahou sur l’axe Grand Lahou – Braffedon, à proximité de l’embouchure sur une zone de confluence fluvio-lagunaire. 


Quels sont, au fond, les avantages du PSTACI et quels sont ses produits et résultats attendus à terme ?


S.T.T. : Les avantages du PSTACI sont multiples ; ils vont de l’appropriation de sa mise en œuvre par toutes les parties prenantes ; à la mise à niveau des fonctions essentielles des organismes publics en matière de recherches, de conseils et de financements. Il est aussi question de professionnalisation des acteurs de la chaine de valeur aquacole ; la réalisation de productions maximisées accessibles à la majorité des populations et de coûts de productions minimisés. Ce programme vise surtout la création d’emplois pour les populations en milieu rural en ciblant les jeunes et les femmes, par la mise en place de modèles de production bio sécurisés et générateurs de revenus. Le PSTACI va favoriser la mise en place d’espaces uniques de fourniture de services à l’investisseur aquacole et de partenariat public/privé fructueux. Ce programme soutient la réalisation des objectifs de notre Politique Nationale, qui vise l’émergence d’une aquaculture dynamique, animée par de véritables entrepreneurs et capable de contribuer à la réduction de la dépendance aux importations et aussi contribuera à la réalisation de l’objectif de 150.000 tonnes de poissons à l’horizon 2026.


M. le Ministre, avant le PSTACI, vous avez lancé aussi un plan de Relance de la Production Piscicole Continentale (PREPICO 2). En quoi consiste cet autre projet et quels pourraient être les retombées pour votre département ministériel ?


S.T.T. : Cet autre projet s’inscrit dans la droite ligne de notre plan stratégique, sur la période 2022-2026, qui ambitionne de produire, à terme 150 000 tonnes de poissons à travers la mise en place de projets aquacoles et avec l’appui des partenaires techniques et financiers à savoir le Japon, à travers la JICA. Le PREPICO 2 vise à contribuer au développement de la pisciculture continentale à travers l’approche orientée vers le marché avec l’augmentation de la quantité de la vente de poisson et du revenu des acteurs de la chaine de valeur. C’est un projet destiné aux coopératives aquacoles qui leur permettra d’améliorer la commercialisation du poisson de pisciculture. Il sera déployé dans les régions des Grands Ponts, de l’Agneby-Tiassa, de l’Indénié-Djuablin, du Sud Comoé, de la Mé et du District d’Abidjan. Le PREPICO est un programme complémentaire au PSTACI. Les deux visent à octroyer à la Côte d’Ivoire son indépendance en production aquacole. A travers ces deux programmes, nous maximisons nos expériences tant avec le Japon qu’avec la Malaisie. Et c’est notre pays qui en sort gagnant.


Pour terminer, je tiens à remercier Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire, pour sa clairvoyance et sa vision quant au développement de notre beau pays la Côte d’Ivoire. Et au Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Patrick ACHI pour son appui au Ministère des Ressources Animales et Halieutiques dans la mise en œuvre de notre politique de développement. Je tiens à rassurer les ivoiriens que le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre et tous les membres du Gouvernement, mettent tout en œuvre pour que la Côte d’Ivoire soit auto-suffisante en produits aquacoles d’ici 2030. A cet effet, j’invite les jeunes, mieux les ivoiriens, à tous investir dans l’aquaculture. Je les incite à devenir des éleveurs de poissons, c’est une activité très rentable qui les rendra prospère. En d’autres termes, c’est le futur café – cacao de la Côte d’Ivoire.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ