x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le lundi 31 octobre 2022 | Le Nouveau Réveil

Filière café-cacao / Koné Moussa, président du SYNAP-CI : « Quand le gouvernement finit d'annoncer le prix, il nous abandonne »

© Le Nouveau Réveil Par DR
Les fèves de cacao

Le jeudi 27 octobre 2022, nombreux étaient les producteurs du binôme café-cacao à prendre d'assaut le Centre culturel municipal de Daloa. Ceux-ci répondaient à l'invitation de Koné Moussa, président du Syndicat national des producteurs agricoles de Côte d'Ivoire (SYNAP-CI) et de Kanga Koffi Joseph de l'Association nationale des producteurs de Côte d'Ivoire (ANAPROCI), afin de les tenir informer sur plusieurs sujets qui ont trait à leur filière.


A cette occasion, Koné Moussa, qui avait à ses côtés Kanga Koffi Joseph, a fustigé l’attitude du gouvernement ivoirien. « Quand le gouvernement finit d'annoncer le prix puisqu'il vend par anticipation, il nous abandonne. Cette année on a décidé, avec les gestionnaires de faire en sorte que dans nos actions le prix de 900 FCFA soit respecté. Cette année, il faut que les responsabilités soient vraiment situées pour qu'on sache à quel niveau de la chaîne le prix n'est pas respecté. Tous ceux qui ne respecteront pas le prix seront sanctionnés. »


Répondant aux préoccupations des journalistes relatives aux acheteurs véreux, il a dit ceci : « Les moyens que nous disposons aujourd'hui pour contrecarrer les acheteurs véreux pour faire respecter les prix, c'est les moyens humains. On doit tous s'associer pour faire respecter le prix. » Afin de réussir cette judicieuse et importante initiative, Koné Moussa a indiqué « qu'il mettra en mission les chefs de villages qui doivent désormais jouer le rôle de la mise en place d'un Comité d’éveil dans chaque village. » Et le premier responsable du SYNAP-CI de poursuivre : « Nous allons demander à ces chefs de recruter des jeunes gens qui feront office des Comités d’éveil à qui nous allons remettre des badges pour être identifiés. » Cependant, il a invité ses collègues à produire du cacao de bonne qualité. « Vous devez de produire le cacao bien séché, bien fermenté, et bien trié. »


C'est dans une ambiance conviviale, chaleureuse et fraternelle que les plus de 10.000 producteurs venus de diverses régions sont repartis.


KEVIN BAKOU

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ