x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 4 novembre 2022 | CICG-Côte d’Ivoire

Sécurité alimentaire en Afrique : le ministre d'État Kobenan Kouassi Adjoumani appelle à l’union des États pour faire face aux différents défis

© CICG-Côte d’Ivoire Par DR
Sécurité alimentaire en Afrique : le ministre d'État Kobenan Kouassi Adjoumani appelle à l’union des États pour faire face aux différents défis

Abidjan, le 03 novembre 2022 – Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, a appelé, le jeudi 03 novembre 2022 à Abidjan, à l’union des États africains pour faire face aux différents défis liés à la sécurité alimentaire.


Il s’exprimait à l’occasion de la session plénière d’Africa Investment Forum (AIF) 2022, qui avait pour thème : "Sécurité alimentaire : comment l’Afrique peut-elle construire son autosuffisance alimentaire ?"


Pour le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, il est plus profitable pour les pays africains de produire ce qu’ils consomment :« Avec nos potentialités, terres arables et fleuves, nous devons nous accorder pour disposer de moyens conséquents pour la mise en valeur et pour l’exploitation de ces potentialités », a-t-il expliqué.


Kobenan Kouassi Adjoumani a fait savoir que pour assurer de façon durable la sécurité alimentaire de ses populations, l’Afrique doit définitivement revenir aux fondamentaux de l’agriculture.


Pour cela, a-t-il indiqué, les pays africains doivent premièrement asseoir un cadre conceptuel qui garantisse la cohérence de leurs politiques agricoles, la définition de ses priorités et de ses actions dans le domaine de la production alimentaire. « Produire l’essentiel de notre alimentation sur place requiert non seulement le développement du sous-secteur semencier, mais surtout de mettre l’accent sur le développement des produits locaux comme priorité de choix de la base de l’alimentation de nos populations », a-t-il soutenu.


En second lieu, a-t-il poursuivi, il faut développer les filières semencières. « Cela implique que nos États financent sur leurs budgets la recherche agronomique sur les semences et qu’ils prennent les textes pour encadrer les activités des acteurs exerçant dans le secteur des semences et engrais ». « L’action d’accorder une priorité à nos produits locaux permet de se soustraire de la dépendance extérieure vis-à-vis des importations », a-t-il ajouté.


Et pour finir, le ministre d’État a encouragé à mettre en place une agriculture vivrière qui génère des gains, qui soit profitable aux paysans. Car dira-t-il, « les paysans africains ne voient aucun intérêt à se lancer dans une agriculture moderne, qui va permettre de produire plus, si cela ne leur procure aucun gain substantiel ».


La 3ème édition d'Africa Investement Forum (AIF) se tient du 02 au 04 novembre 2022, autour du thème : ‘’Investir durablement pour renforcer la résilience économique".

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ