x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Editorial Publié le vendredi 9 décembre 2022 | Abidjan.net

Libre opinion : Houphouëtisme (Par Pr Justin Koffi N’GORAN)

© Abidjan.net Par DR
Félix Houphouët-Boigny, premier Président de la Côte d’Ivoire

Chers Frères, chères sœurs,


HOUPHOUETISME



Thématique à la fois complexe et passionnante, tant l’historicité et l’historiographie commandent à une extrême prudence intellectuelle.


Et cela devant un sujet aussi inépuisable ayant fait l’objet (d’après Pr JN LOUKOU) plus de douze ouvrages en français, en anglais, de centaines et centaines de publications, sans compter ceux actuellement, en préparation dont le mien propre.


En guise de définition de l’HOUPHOUETISME, le Président Félix Houphouët-Boigny disait lui-même et je cite « je n’ai jamais parlé d’HOUPHOUETISME. J’ai fait ce que j’ai pu pour servir mon Pays en rassemblant toutes ces 60 tribus, en les engageant à un développement harmonieux, en l’égalité des chances, à l’éducation, à la recherche de l’excellence, la solidarité vraie dans la tolérance absolue et par la recherche obstinée de la Paix par le Dialogue, à l’exclusion de tout recours à la force ». Et de conclure en ces termes « Ce sont ces éléments qui ont fait dire à certains, qu’il y a là de l’Houphouetisme » Fin de citation.


C’est ce Grand Homme qui nous réunit aujourd’hui à l’occasion de la commémoration du 29ème anniversaire de son rappel à Dieu. Répondant ainsi à l’Invitation de SEM Alassane OUATTARA, Président de la République, Président du RHDP. Et cela pour un devoir de mémoire, de souvenir et de bilan en quelque sorte de ce merveilleux HERITAGE qu’il nous a laissé, la Côte d’Ivoire, sa chère NATION.


Excellence, Chers Frères et Sœurs,


Du 7 décembre 1993 au 7 décembre 2022, nous avons traversé 3 décennies de crises et les Ivoiriens ont connu 3 Présidents de la République.


Ce temps long sur trois décennies permet d’établir un rapport des trois périodes : 1993-2000, 2000-2010 et 2011-2022. Certes, toute simplification de l’Histoire est évidemment sujette à caution, mais, nous pouvons dire, sans nous tromper, que de 1993 à 2010, l’Histoire de notre pays a connu des soubresauts tragiques dont on retiendra le coup d’Etat de 1999, la rébellion armée avec la partition du pays de 2002 à 2003 et la grave crise postélectorale de 2010-2011.


Depuis l’accession au pouvoir du Président Alassane Ouattara, en 2011, nous sommes entrés dans une période de stabilité politique, le RHDP remportant toutes les élections et le Président Alassane Ouattara étant réélu en 2015 et en 2020.


Ces trois périodes ont été largement documentées. Tous les observateurs s’accordent à dire qu’en 2010, au moment où va se dérouler l’élection présidentielle, la Côte d’Ivoire a disparu des écrans-radar de la scène politique africaine, elle ne participe plus au système des échanges internationaux, elle est une voix que l’on entend plus.


Depuis cette date, nous assistons, sous l’impulsion du Président Alassane Ouattara, à la renaissance de la Côte d’Ivoire. Cette renaissance est telle que tous les observateurs, la communauté internationale et les bailleurs de fonds parlent de « second miracle ivoirien ».


« Miracle ivoirien » : la dernière fois que notre pays avait reçu un tel éloge, c’était dans les années 1960-1970, au lendemain de l’indépendance, sous la conduite du Président Houphouët-Boigny, le Père de la nation.


Depuis l’arrivée au pouvoir du Président Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire a connu une croissance forte, continue et son PIB a été multiplié par 2. Les investissements publics et les grands travaux d’infrastructures, ont transformé le visage du pays.


Aujourd’hui, notre économie, dont les bases sont solides, est suffisamment diversifiée et résiliente pour s’installer à nouveau sur la trajectoire d’un développement massif avec un objectif de croissance inclusive, malgré l’impact négatif de la crise sanitaire de la Covid 19 et de la guerre en Ukraine.


Je ne vais pas revenir sur tout ce qui a été réalisé depuis 2011, un bilan dont nous pouvons être fiers.


Je me bornerai simplement à démontrer que le formidable élan économique et social que la Côte d’Ivoire connaît présentement, permet de rapprocher deux philosophies politiques : celle du Président Houphouët-Boigny et celle du Président Alassane Ouattara, qui est, à mes yeux, un vrai et digne héritier de l'houphouétisme, qui n’est pas une doctrine figée, ni une idéologie, mais bien une philosophie politique adossée à un grand pragmatisme.


Il n’existe pas de doctrine houphouétiste, d’ailleurs le président Houphouëy-Boigny refusait de rédiger la doctrine de l’houphouétisme. De la même manière, il n’existe pas de doctrine du « ouattarisme ».


Pour Félix Houphouët-Boigny comme pour Alassane Ouattara, ce sont les circonstances qui dictent les réponses. S’en remettre aux circonstances, ce n’est pas avancer au hasard, naviguer à vue, subir le fardeau de l’Histoire.



Houphouët-Boigny et Alassane Ouattara ont une vision prospective de l’Histoire, ce qui leur permet de fixer un cap, la boussole étant toujours la même : réconcilier les Ivoiriens entre eux, bâtir une nation prospère et solidaire.


Tout, au départ semble pourtant opposer Houphouët-Boigny et Alassane Ouattara.


Houphouët-Boigny est un compagnon de route du parti communiste, il mène un combat anticolonial depuis le socialisme historique.


Alassane Ouattara est présenté comme un économiste libéral et le RDR, qu’il fonde, est un parti qui se réclame du libéralisme.


Houphouët-Boigny, pour réaliser un social des plus hardis, appliquera les recettes du néolibéralisme.


Alassane Ouattara qui met en œuvre les recettes du néolibéralisme pour aller vers un social des plus hardis.


L’un et l’autre partagent une même vision économique que résument ces propos d’Houphouët-Boigny :


« Ce que veut l'Ivoirien, c'est le partage de la richesse et non de la misère. Et pour ce faire, il doit, avant tout, contribuer à créer ces richesses. »


Ainsi, seule la création de la richesse, dont dépend la croissance, permet de conduire une politique sociale des plus hardies, c’est-à-dire de conduire des politiques redistributives. Houphouët-Boigny part du socialisme doctrinaire, dont il ne sera jamais prisonnier, pour aller vers un socialisme pragmatique qui accepte d’appliquer les recettes néolibérales.


Alassane Ouattara part d’une vision libérale de l’économie, ce qui permet de créer de la richesse, pour aller vers une croissance inclusive et la création d’un Etat social. En témoigne, son ambitieux programme de la CI Solidaire.


Autre point important sur lequel je voudrais conclure pour montrer que l’« houphouétisme et le « ouattarisme » sont les deux versants d’une même philosophie politique : la consolidation de la stabilité politique.


Sous Houphouët-Boigny, la stabilité politique est une réalité. Le fait que le PDCI-RDA soit le parti unique ne suffit pas à expliquer la stabilité politique de l’époque. Houphouët-Boigny parvient à réunir 60 ethnies pour faire naître le peuple ivoirien et bâtir la nation ivoirienne. Le Père de la nation a toujours refusé de faire du PDCI un mouvement ethnique enfermé dans un ancrage territorial.


Après une forte instabilité politique, l’accession au pouvoir du Président Alassane Ouattara se caractérise par un retour à la stabilité politique et la consolidation des institutions. Tâche qu’il devra nécessairement accepter de poursuivre les 8 années à venir afin d’atteindre pleinement les objectifs de la Côte d’Ivoire vision 2030.


Le dialogue politique est consolidé. En décembre 2021, le Premier ministre, Patrick Achi, a lancé la 5ème phase du dialogue politique qui se déroule en dehors de toute échéance électorale. Ce dialogue politique voulu par le Président de la République témoigne de sa volonté et de sa disponibilité pour établir, garantir et faire vivre un dialogue constructif entre toutes les forces vives de notre Pays.


 

La paix civile, la stabilité politique et sociale, l’esprit de concorde font partie de l’héritage politique que nous laisse le Président Houphouët-Boigny. En donnant au mouvement politique qu’il préside le nom de RHDP, - Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix, Alassane Ouattara s’est affranchi de toutes les étiquettes partisanes pour devenir le digne héritier politique, de Félix Houphouët-Boigny.


En cette journée de commémoration de l’Houphouétisme, il m’apparaît comme évident que Félix Houphouët-Boigny et Alassane Ouattara incarnent, à des époques différentes, une même philosophie politique et une même conception de l’action politique.



Pour nous, le RHDP ne cherche pas à cultiver la nostalgie de l’« houphouétisme ». Il fait, au contraire, revivre les valeurs incarnées par le Père de la nation en nous aidant à bâtir la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui et en nous projetant dans l’avenir, nourris de l’esprit de concorde sans lequel rien n’est possible.


J’ai dit !.


Professeur Justin Koffi N’GORAN

Secrétaire National en Charge de la Formation et de l’Institut Politique. RHDP

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ