Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches


Comment

Économie

Procès des acteurs de la filière café-cacao - Des témoins font des révélations
Publié le mercredi 14 mars 2012   |  L'expression


Economie
© Autre presse par DR
Economie - Planteur de cacao


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le procès des acteurs de la filière café-cacao, à peine repris, commence à livrer des secrets. Hier, avant la suspension de l’audience, renvoyée à aujourd’hui, des experts en douane cités à comparaître comme témoins ont fait des révélations. Roland André et Fanon Antoine, sous les feux des questions du juge Ahmed Souleymane Coulibaly, ont expliqué certaines irrégularités dans la gestion de la filière de 2002 à 2008. Selon eux, après l’audit qu’ils ont mené, ils se sont rendu compte que de fausses déclarations ont été faites sur les achats du cacao et du café par les exportateurs. « Les documents que nous avions eu à notre disposition ont fait état de ce que les exportateurs, dans cette période, ont payé du cacao et du café de sous grade. Mais ceux produits par les exportateurs affirment que c’est du cacao et du café de grade 1 », affirme Roland André à la barre. Pour ces experts, le Droit unique de sortie (Dus) reversé au Trésor pendant ces années avoisine les 250 milliards Fcfa, soit 1.500 milliards Fcfa pour ces 6 ans. Une somme qu’ils jugent ne pas refléter la réalité, car pour le cacao et le café de sous grade, les exportateurs ne payent pas de Dus. Pour dire que le Dus encaissé n’est pas arrivé dans les caisses de l’Etat, là où les exportateurs affirment avoir acheté des produits de grade 1, donc se sont acquittés du Dus. Avant cela, l’audience a commencé avec les exceptions à vider. A savoir la requête de Kili Angeline qui réclamait une immunité en sa qualité de fonctionnaire international et celui de Bayou Jean Claude qui revendiquait l’incapacité du tribunal à le juger, car selon les textes du Fonds de garantie des coopératives Café-cacao (Fgccc), seule l’Ohada pouvait le faire. Des requêtes qui ont finalement été rejetées par le tribunal. Le procès des acteurs de la filière, se tiendra les lundis, mardis et mercredis de sorte à entendre les quelque 100 témoins devant comparaître.
Fabrice Sébine

LIENS PROMOTIONNELS