Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire: la commercialisation de l’anacarde baisse de 123 931 tonnes
Publié le jeudi 12 mai 2016  |  APA
Ouverture
© Abidjan.net par Atapointe
Ouverture officielle de la campagne 2014 de la commercialisation de l`anacarde
Lundi 17 février 2014. Abidjan (Caistab). Le ministre de l`Agriculture, Coulibaly Sangafowa a officiellement ouvert la campagne 2014 pour la commercialisation de l`anacarde, en présence des acteurs de la filière. Le prix de la noix de cajou est fixé à 225 Fcfa/kg. Ph: Malamine Sanogo, directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde.
Comment




La commercialisation de l’anacarde connait un ralentissement avec une quantité qui passe de 553 749 tonnes en août 2015 contre 429 931 tonnes en mai 2016, soit une baisse de 123 931 tonnes (-22%) par rapport à la campagne dernière.

« Nous enregistrons 429 818 tonnes au 06/05/2016 contre 553 749 tonnes au 08/05/2015 soit une baisse de 123 931 tonnes (-22%) par rapport à la campagne dernière », indique le point de la commercialisation de la noix de cajou (anacarde) du Conseil du coton et de l’anacarde à la date du 6 mai et transmis à APA.

« Le constat général est un faible rendement de la première floraison. Les perspectives de production demeurent bonnes avec la récolte de la deuxième floraison en cours », ajoute la note qui précise que « cette semaine de commercialisation est marquée par une baisse significative des prix bords champs qui passent de 600-625 FCFA/Kg à 450-550 FCFA/Kg bord champ ».

Cette situation est expliquée par « le fait du retrait des financements des exportateurs sur le terrain à cause de la mauvaise qualité des produits disponibles », disent-ils. « La plupart des commerçants et producteurs libèrent leurs stocks par peur d’un écroulement du marché et s’attèlent à bien traiter le produit », explique la même note qui rassure que « des stocks importants sont disponibles dans les zones de production ».

Au regard du contexte international (remontée des cours de l’amande, baisse prévisible de la production en Inde et au Vietnam), cette baisse s’explique essentiellement par la volonté de certains acteurs à imposer un prix bord champ au producteur (Cartel AEC-CI).

Les exportateurs ont mis en place une nouvelle procédure d’accès des camions à leurs entrepôts due à la baisse de la qualité. Elle débute par le prélèvement d’échantillons en haut du camion, puis ils font une analyse pour avoir une idée de la qualité. Certains camions qui présentent un KOR inférieur à 44 et des taux d’humidités élevées sont refoulés dès cette étape et ne sont pas présentés au contrôle taux d’humidité. Cette pratique accentue la spirale baissière en créant un mouvement de panique des acheteurs et des producteurs.

Par ailleurs, 91 camions ont été refoulés cette semaine car ayant des taux d’humidité supérieur à 10% contre 109 refoulés la semaine précédente.A la date du 6 mai 2016, « 319 contrats pour un volume de 279 990 tonnes contre 333 contrats (-4%) pour un volume de 436 361 tonnes (-36%) pour la même période pendant la campagne 2015 » ont été enregistrés.

La Côte d’Ivoire est devenue en 2015, le premier producteur mondial de l’anacarde avec 700 000 tonnes. Sur cette production, seulement 45 000 tonnes ont été transformées localement, à en croire, le Directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde, Malamine Sanogo.

LS/APA
Commentaires


Comment