Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Alassane Ouattara envoie deux ministres à Bouaké après les violentes manifestations contre la CIE
Publié le dimanche 31 juillet 2016  |  APA
Alassane
© APA par Cheick KONE
Alassane Ouattara envoie deux ministres à Bouaké après les violentes manifestations contre la CIE
Le président ivoirien Alassane Ouattara a envoyé, samedi, à Bouaké deux membres du gouvernement pour parler aux populations du «plan de renforcement de la sécurité et des procédures judiciaires» après les violentes manifestations du vendredi 22 juillet dernier contre la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE).
Comment


Le président ivoirien Alassane Ouattara a envoyé, samedi, à Bouaké deux membres du gouvernement pour parler aux populations du «plan de renforcement de la sécurité et des procédures judiciaires» après les violentes manifestations du vendredi 22 juillet dernier contre la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), faisant un mort et de nombreux blessés ainsi que d’importants dégâts matériels.

Il s’agit du ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle Paul Koffi Koffi et sa collègue de la promotion de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant, Euphrasie Kouassi Yao, tous deux originaires de la région.

Selon le ministre Paul Koffi Koffi qui s’exprimait au cours d’un échange avec les populations, les autorités politiques et administratives locales, après le triste évènement de vendredi ‘’sombre’’ à Bouaké ‘’le président était meurtri et affligé’’ au dernier conseil des ministres.

Néanmoins, a-t-il poursuivi, ‘’en tant que chef de l’Etat il a demandé à ce que nous fils de la région nous venions ici pour vous parler de ce que le gouvernement a décidé’’ suite à cette affaire, notamment au plan du renforcement de la sécurité, de la procédure judiciaire lancée contre des manifestants qui ont été arrêtés et de la reconstruction des bâtiments publics saccagés lors de ces manifestations à Bouaké.

‘’Le président a demandé que le ministère de la construction évalue les dégâts, c’est-à-dire les bâtiments qui ont été pillés’’ a ajouté M. Koffi, soulignant que lorsque cela sera fait, ‘’le président de la République a décidé (…) de venir reconstruire Bouaké’’.

‘’Il nous a demandé de vous apporter ce message d’espoir’’ a-t-il conclu, non sans rappeler la fermeté du gouvernement à poursuivre les enquêtes en cours ‘’pour que des sanctions soient prises et que la justice soit faite’’.

Selon le gouvernement, 42 personnes ont été interpellées suite à cette affaire. L’émission de deux factures dans le même mois a suscité le mécontentement des abonnés de la CIE qui dénoncent une augmentation des tarifs.

Ce mécontentement a été violemment exprimé, le vendredi 22 juillet dernier à Bouaké dans le Centre-Nord du pays où plusieurs bâtiments administratifs, dont la préfecture de région, le siège du conseil régional, le service des assiettes des impôts et du cadastre, le service de la collecte et du transport de la mairie, le commissariat de Dar-es-Salam ont été pillés et saccagés.

Auparavant, ce sont les abonnés de la ville de Daloa (Centre-Ouest) et de la capitale politique et administrative, Yamoussoukro (Centre) qui se sont exprimés violemment.
Commentaires


Comment