Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Economie/La production de charbon biologique en expérimentation à Bouaké
Publié le samedi 3 septembre 2016  |  AIP
Economie/La
© Autre presse par DR
Economie/La production de charbon biologique en expérimentation à Bouaké
Comment


Bouaké - Le lancement d’un projet de production de charbon biologique (ou charbon- bio) initié par une entreprise locale dénommée THYSNER en collaboration avec l’ONG Wake Up Africa (WUA), a démarré par une session de formation théorique et pratique de production d’échantillons d’une semaine qui s’est achevée, jeudi, à Bouaké, par une séance de démonstration de l’usage de ce biocombustible et la remise de diplôme.

Le formateur, Kinanga Ruphin, responsable l’Association des jeunes congolais dans l’esprit d’entreprise (AJCEE), promoteur de la production de ce produit et de champignon au Congo Brazzaville, a indiqué que le charbon biologique est fait à base de déchets organiques notamment, la paille, l’herbe, les feuilles, peau de bananes, de manioc et les déchets ménagers ne contenant pas de produits chimiques.


Ces déchets sont brûlés à l’intérieur d’un four de sorte à obtenir une poudre et non de la cendre à l’issue de la combustion. Cette poudre est mélangée à un liant et à de l’eau pour créer un corps solide qui va ressembler au charbon traditionnel. Le liant peut être de l’argile, de la farine de manioc, de l’amidon ou tout corps pouvant lier la poudre carbonisée mais, par expérience, le liant utilisé couramment au Congo et en Ouganda est la farine de manioc. Puis, le corps solide est introduit dans une presse (ou moule) pour avoir la forme des morceaux de charbon souhaitée, a-t-il expliqué.


Ventant les mérites de ce produit, M. Kinanga a souligné que ce charbon-bio contribuera à la protection de l’environnement et réduira la pression sur les ressources forestières. En plus d’être une alternative à la destruction de la forêt, ce biocombustible est moins cher que le charbon de bois. Il a une combustion plus lente et performante parce qu’il dégage plus de calorie et ne produit ni fumée ni gaz nocif pour la santé.


La gérante de l’entreprise THYSNER, N'Guessan Amenan Sabine, a annoncé que l’expérience va se poursuivre à Lomibo (village de la commune de Bouaké) et à Atoyou (sous-préfecture de Djébonoua). Le formateur est venu avec deux modèles de moules qui ont été reproduits par les ferronniers locaux. Les personnes formées vont continuer la production manuellement en attendant d’avoir du matériel plus sophistiqué que ce moule, a-t-elle fait savoir.


En plus de son activité de collecte d’ordures ménagères, la THYSNER fera désormais la promotion de ce charbon auprès des ménages abonnés à ses services. Des séances de démonstration y seront réalisées pour montrer la différence entre ce biocombustible et le charbon ordinaire, afin de susciter leur intérêt pour ce produit innovant, avant la mise en vente.


«Si ce produit était arrivé plutôt, la Côte d’Ivoire aurait encore un peu plus de forêt», a déclaré le député de Djébonoua, Fondo Yao Michel, parrain de la cérémonie, saluant cette initiative.

nbf/ask
Commentaires


Comment