Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

La Côte d’Ivoire dans l’attente des résultats du référendum constitutionnel
Publié le lundi 31 octobre 2016  |  RFI
Référendum
© Autre presse par DR
Référendum sur la nouvelle Constitution
Dimanche 30 octobre 2016. Vote référendaire 2016 pour l’adoption de la nouvelle Constitution
Comment


« Approuvez-vous oui ou non le projet de Constitution proposé par le président de la République ? » C'est à cette question que les 6,3 millions d’électeurs de Côte d'Ivoire ont dû répondre, ce dimanche 30 octobre. Un référendum constitutionnel qui a été émaillé de violences dans certains bureaux où l'opposition appelant au boycott a dégradé certains matériels, mais pas suffisamment pour empêcher le bon déroulement du scrutin.

Le scrutin a été marqué par des tentatives menées par des groupes de jeunes d'empêcher le vote. Des bureaux de vote ont été saccagés dans le quartier de Yopougon à Abidjan, mais aussi à Daloa ou encore à Dabou.

Des incidents qui toutefois ne sauraient toutefois entraver le bon déroulement du scrutin, selon le président Alassane Ouattara : « On peut voter oui ou on peut voter non. Donc on n’a pas besoin d’aller casser, d’aller mettre des barricades. Vous savez il y a près de 16 000 bureaux de vote. Quand il y a trois ou quatre endroits où il y a des difficultés, on ne peut pas en faire un souci ».

Le ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, assure que ces actes « d'incivisme » ne resteront pas impunis : « Il y a des gens qui sont de mauvaise volonté, qui manipulent les populations pour boycotter le scrutin de façon violente. Mais ils assumeront leurs responsabilités devant la loi. »

Une journée historique pour les partisans du référendum

Ces dégradations de matériel électoral sont aussi déplorées par Adama Bictogo, le président du comité de la coalition Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP-majorité) chargée de la mobilisation pour le référendum : « C’est triste. Je déplore qu’il y ait eu ces violences parce que ce sont des zones où le FPI [Front populaire ivoirien] évolue. Ce sont des zones, en toute objectivité, qui sont favorables pour une partie au FPI. Donc je pense que c’est une expression démocratique. J’aurais souhaité que l’opposition soit plus claire dans sa position et qu’elle aille aux élections, et qu’elle puisse exprimer sa position à travers le vote, au lieu de s’engager dans la voie de la violence ».

Pour le député Bertin Konan Kouadio, dissident du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et opposé au projet de nouvelle Constitution, ces troubles auraient pu être évités si le peuple avait été associé dès le départ au projet : « Les Ivoiriens sont obligés d’avoir recours au boycott et de ne pas aller voter ou de casser, c’est bien parce qu’ils n’ont pas confiance. Une Constitution censée régir la vie de la Nation sur les décennies à venir, ça ne s’impose pas. Ça se négocie avec le peuple ».

Une population partagée
... suite de l'article sur RFI

Commentaires


Comment