Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Le ministre du Commerce reçoit en audience l’Alliance des pays producteurs de cacao
Publié le lundi 25 septembre 2017  |  AIP
Comment


Abidjan - Le ministre ivoirien du Commerce, de l’Artisanat et des PME, Souleymane Diarrassouba, a reçu en audience l’Alliance des pays producteurs de cacao (COPAL), en marge des réunions de l’Organisation internationale du cacao (ICCO) qui se sont tenues du 18 au 22 septembre à Abidjan (Côte d’Ivoire), a appris lundi l’AIP.

Assisté par le Représentant permanent de la Côte d’Ivoire et président du comité de restructuration de l’Alliance, Aly Touré et du directeur général du Commerce extérieur, Kaladji Fadiga, le ministre Souleymane Diarrassouba a réitéré, au cours de cette qui s’est tenue mercredi à son cabinet, la foi du gouvernement ivoirien en une COPAL "forte et dynamique" tout en félicitant le comité de restructuration pour le travail abattu.

Créée en janvier 1962, l’Alliance des pays producteurs de cacao est régie par la Charte d’Abidjan et représente plus de 70% de la production mondiale de cacao. Elle est un organisme intergouvernemental dont les objectifs sont les échanges d’informations techniques et scientifiques sur le cacao entre les membres, les discussions sur les sujets d’intérêt commun et la promotion des relations économiques et sociales entre les producteurs de cacao.

L’Alliance fournit aussi les informations sur la disponibilité de l’offre sur le marché à des prix rémunérateurs, ainsi que la promotion de la consommation dans les pays producteurs et ailleurs.

La COPAL entend, par ailleurs, faire entendre la voix de ses six pays membres, dont la Côte d’Ivoire, sur les programmes de durabilité, les actions de promotion des innovations en matière de consommation des produits de base et surtout les insuffisances de l’Accord international de 2010 sur le cacao qui ne prend pas suffisamment en compte les aspects économiques et qui reste essentiellement un accord administratif.

D’ailleurs, une rencontre des membres de l’Alliance est prévue pour le mois de novembre en Côte d’Ivoire, pays qui, face à l’effondrement des cours du cacao sur le marché mondial, entend faire jouer son rôle de leader en vue de participer à l’avènement d’une économie cacaoyère durable pour le bonheur des cacaoculteurs.


kp
Commentaires


Comment