Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Inclusion financière de la femme et de la jeune fille en milieu rural: Nassénéba Touré (Maire d’Odienné) partage son expérience
Publié le samedi 10 mars 2018  |  Abidjan.net
Journée
© Abidjan.net par Atapointe
Journée internationale de la femme: les élues locaux débattent sur l’inclusion financière pour l’autonomisation de la femme
Vendredi 9 mars 2018. Abidjan. A l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la femme, l’Union des villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI) représentée par sa vice Présidente Nassenéba Touré (photo), Maire d’Odienné a organisé un déjeuner débat sur Inclusion financière pour l’autonomisation de la femme et de la jeune fille rurale.
Comment


Dans le cadre de la Journée internationale de la Femme, une conférence publique portant sur ‘’l’inclusion financière de la femme et de la jeune fille en milieu rural’’, a été animée par Mme Nassénéba Touré, Maire de la commune d’Odienné, le vendredi 9 mars 2018 au siège de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI) sis au Plateau.

Accès aux finances pour permettre aux femmes et aux jeunes filles qui vivent en milieu rural de se prendre en charge, telle est la problématique qui a réuni, vendredi, une cinquantaine de femmes maires et conseillères municipales. Mme Touré Nassénéba, de surcroît vice-présidente de l’UVICOCI, tout en soulignant l’importance et l’urgence de l’appui financier à l’endroit des femmes en milieu rural, a énuméré les réalisations qu’elle a effectuées au profit de ces dernières dans la localité qu’elle dirige.

‘’Nous avons créé une boîte d’écoute pour recenser les besoins et propositions des femmes. Nous avons choisi l’option d’une gestion participative et notre vision est allée au-delà de notre commune, ce qui s’est traduit par la création de la Fédération des femmes de la région du Kabadougou (Fédération Faso Kami ou Amour du pays). Après avoir créé cela, nous avons identifié les activités phares des femmes, à savoir l’agriculture et le commerce. Nous les avons mises en contact avec la Coopec pour des fonds de garantie. Aujourd’hui, elles ont accès à ces fonds et développent leurs activités en toute tranquillité, en particulier la fabrication de savons Kabacourou’’, a-t-elle expliqué. Avant de rappeler les séminaires de formation, notamment avec Africa Rice, qui ont permis de renforcer les capacités de ces femmes et d’initier une riziculture plus productive à l’hectare.

‘’La femme rurale est la mère nourricière de l’humanité. Aucune politique de développement ne devait avoir lieu sans elle. Il faut faciliter l’accès au financement de ces femmes’’, a-t-elle plaidé, pour conclure.

Plusieurs femmes maires dont Gueu Jacqueline, Maire de la commune de Bin-Houyé, Mme Dao Macoura, Maire de la commune de Foumbolo et présidente nationale du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA), ont pris part à ce panel et ont proposé la solidarité et le partenariat entre entités décentralisées. Au nombre des conseillères municipales, on peut noter la présence de Mmes Gilbert Vanié épouse Haïdara, Claire Kouassi, Coulibaly Fanta Kéita (Conseillères municipales de Marcory), Coulibaly Matogoma (Conseillère municipale de Yopougon).

Pour sa part, Madeleine OKA-BALIMA, représentante ONUFEMMES en Côte d’Ivoire, tout en saluant le dynamisme de la conférencière, a préconisé le renforcement de la coopération décentralisée, l’implication de la diaspora et le plaidoyer pour la création d’une banque pour les femmes.

DA
Commentaires


Comment