Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/Entretenir les vergers de manguiers permet d’éviter les pertes (pisteurs)

Publié le mardi 8 mai 2018  |  AIP


Ferkessédougou - Les pisteurs ont exhorté les producteurs de mangues à l'entretien de leurs vergers pour éviter les pertes dues à la mouche des fruits et autres maladies du manguier, a appris l'AIP, lundi, au quartier Lanviara, auprès de certains acteurs de ladite filière.

«La campagne a été désastreuse cette année malgré la quantité de la production constatée dans les vergers. Il est temps pour les producteurs d'entretenir leurs vergers afin de nous éviter dorénavant les rejets de chargements », a fait savoir Koné Aboulaye, pisteur exerçant pour son propre compte dans la filière mangue.

«On m'a rejeté à l'usine trois chargements du fait de la mouche des fruits. Ça fait 180 casiers de mangues. Je n'ai pas fait de bonnes affaires dans cette campagne qui vient de s'achever », a déploré le pisteur, rejetant la faute sur les propriétaires de vergers.

«Ils n'entretiennent pas leurs vergers et c'est nous qui subissons les dégâts ! Le verger est comme la plantation de cacao ou de café, il faut l'entretenir. Nos producteurs se contentent d'admirer leur production alors que le manguier mal entretenu produit certes, mais ses fruits ne peuvent être exportables. Quand on constate à l'usine de conditionnement, une seule piqûre de mouche ou une anomalie quelconque, les trieuses rejettent tous le chargement sans faire de tri alors que toutes les mangues ne sont pas contaminées », a dit M. Koné.

Selon Awa Coulibaly, employée dans une société d'exportation de la mangue, les chargements sont automatiquement refusés en cas de constat de piqûres de mouche sur une mangue. Et c'est effectivement le pisteur qui perd.

Les chargements rejetés atterrissent sur le marché national et local et font le bonheur des acteurs de ce business; les vendeuses du marché local les récupèrent pour les vendre en ville, quand des commerçants de gros font le tri et les envoient sur Abidjan dans de gros camions.

«Le producteur doit élaguer ses manguiers, les traiter contre la mouche des fruits et autres maux qui minent la production, il doit ramasser dans son verger, les mangues qui pourrissent ,les assembler et les brûler pour éviter de faire contaminer tout le verger », a insisté le pisteur.

Pour les producteurs locaux, tout cela nécessite de gros moyens qui leur font visiblement défaut.

«Nous n'avons ces moyens. Il faut absolument des structures d'appui à la production de la mangue », a souhaité M. Silué Amadou, propriétaire de vergers.

Démarrée le 25 mars, la campagne des mangues vient de prendre fin en mai.

Elle a duré juste un mois, pour la plupart des usines, et un peu plus d'un mois pour d'autres sociétés comme le ranch Koba.

Les gâchis dus à la mouche des fruits sont apparus juste deux semaines après le démarrage de la campagne.

(AIP)

Ti/bsp/tm
Commentaires


Comment