Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Vers une réponse aux questions de nuisance et d’insécurité dans les périmètres des établissements scolaires

Publié le mercredi 10 octobre 2018  |  AIP


Abidjan- Le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié, dans le cadre de l’opération « Mon école n’est pas un marché », a effectué mercredi, une tournée de constat dans certains établissements scolaires d’Abidjan, confrontés à des problèmes de nuisances et d’insécurité, pour à terme, apporter une réponse à cette problématique.

Accompagné des responsables de l’Education nationale, de la l’Environnement, du Commerce et des Forces de l’ordre, il a successivement visité le lycée moderne Djédji Amondji Pierre d’Adjamé, mitoyen à un hôtel, les lycées modernes Nangui Abrogoua et Harris où les voies d’accès sont obstruées par des étals, le lycée municipal de Williamsville dont la voie d’accès est difficilement praticable et dans un environnement malsain, (…).

« Nous essayons de nous concerter pour apporter une réponse à cette question de nuisance et d’insécurité dans les périmètres des établissements scolaires. Il est inadmissible que les enfants aient à enjamber les étales de viandes, de friperies, qu’ils soient victimes d’agression, il y a beaucoup de bruits qui règnent autour des établissements. C’est toute une population vulnérable et importante qu’il faut protéger », a assuré Vincent Toh Bi à l’issue de la tournée.

Il a expliqué que l’objectif de cette tournée est de « revoir la démarche dans un élan de concertation, entre les différentes sections de la société mais également les ministères concernés, pour trouver ensemble quelle proposition on peut formuler à nos hiérarchie pour pouvoir donner plus de sérénité dans les établissements scolaires », estimant que toute cette nuisance est dangereuse pour tous.

« La force sera un recours si nous exploitons toutes les voies. Dans ce cas présent, il s’agit d’avoir toute une concertation pour trouver une solution. Il faut repenser l’approche dans la gestion de ce dossier », a précisé Vincent Toh Bi, invitant les conseillers municipaux réélus ou élus à eux aussi s’investir dans la résolution de cette question.

Le directeur régional de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (DREN) Abidjan 1, Sarr Mass Augustin, a pour sa part expliqué qu’à la vérité, c’est toutes les DREN qui sont concernées par ces nuisances, l’insalubrité et l’insécurité.

« Nous voulons obtenir que l’Eta,t avec ses démembrements que nous sommes, puissent faire comprendre à l’ensemble de la population que ses structures se trouvent infectées par un environnement nuisible qui les impacte », a-t-il indiqué.

« Dans le principe, nos écoles devraient impacter l’environnement, fort malheureusement aujourd’hui, nous constatons que c’est l’environnement qui impacte l’école à telle enseigne que l’école devient une nuisance pour l’environnement », a déploré M. Sarr Mass.


gak/fmo
Commentaires


Comment