Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Zone industrielle de Koumassi : les entreprises MIB et MIBEM autorisées à rouvrir ( Communiqué)

Publié le vendredi 1 fevrier 2019  |  Ministères
Le
© Abidjan.net par Cyprien Kouassi
Le Ministre Souleymane Diarrassouba satisfait des nouvelles conditions d’hygiène de l’unité de production des entreprises MIB et MIBEM
Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba est allé s`enquérir des dispositions en matière d’hygiène et de salubrité dans les entreprises MIB et MIBEM fabricant les produits du Vin et Sangria de marque commerciale « Château de France » ; de la Liqueur de marque commerciale « Calao », « Lord Jack » et « Pastis de Marseille 45 » ce mercredi 30 janvier à Abidjan.


Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME porte à l’attention des populations et des opérateurs économiques qu’il fera procéder à la réouverture ce vendredi 1er Février 2019 des entreprises MIB et MIBEM fabriquant les produits suivants :

- Vin et sangria de marque commerciale « Château de France » ;
- Liqueur de marque commerciale« Calao », « Lord Jack », « Pastis de Marseille 45 ».

Pour rappel, la décision de fermeture desdites entreprises du 14 janvier 2019, adoptée par le conseil des ministres du 16 Janvier 2019, faisait suite aux graves manquements observés au sein de ces entreprises en matière d’hygiène et de salubrité.

Au titre des diligences, l’audit d’évaluation réalisé par le Comité Interministériel vient de démontrer que les travaux entrepris par les responsables des entreprises MIB et MIBEM ont permis, leur mise en conformité aux règles d’hygiène et de salubrité en vigueur en côte d’ivoire.

Par ailleurs, Monsieur le Ministre rassure les populations que les échantillons prélevés chez les grossistes, demi-grossistes et détaillants et analysés d’une part par les laboratoires nationaux LNSP (Laboratoire National de Santé Publique), LANEMA (Laboratoire National d’Essais de qualité de Métrologie et d’Analyses) et d’autre part par le laboratoire privé ENVAL (Environnement et Agro-alimentaire) attestent que les produits incriminés ne présentent aucun risque sanitaire.
Par conséquent, il autorise la poursuite de la mise en vente desdits produits sur toute l’étendue du territoire national.
Commentaires


Comment