Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Santé
Article
Santé

Lutte contre la drépanocytose: Le mariage consanguin dénoncé

Publié le jeudi 20 juin 2019  |  Le Nouveau Réveil


Présentée comme la maladie génétique la plus répandue dans le monde, avec plus de 50 millions de personnes atteintes, la drépanocytose, selon les études épidémiologiques de l’Oms, enregistre 500.000 naissances par an d’enfants dans le monde drépanocytaires dont 300.000 naissances en Afrique et plus particulièrement en Afrique noire subsaharienne dont la moitié meurt avant l’âge de 5 ans. La drépanocytose, aussi appelée anémie falciforme, est une maladie héréditaire touchant l'hémoglobine des globules rouges. Cette protéine est essentielle à la fonction respiratoire: c'est elle qui permet le transport de l'oxygène dans notre organisme. La prévalence en Côte d’Ivoire varie entre 15 et 18% (plus élevé que le vih/Sida) selon les régions. La région du nord est la plus touchée. Soit 3 à 5 millions d’Ivoiriens touchés par ce tueur silencieux. 70% des enfants de moins de 5 ans, atteints meurent. Ces chiffres qui donnent froid dans le dos, ont été révélés, hier mercredi 19 juin, à l’occasion de la 3ème édition de la journée internationale de lutte contre la drépanocytose. Dont la conférence inaugurale a été faite hier à l’Institut Européen de coopération et de développement (Iecd). Cette journée est organisée à l’initiative des trois associations de lutte contre cette maladie en vue de marquer le début d’une nouvelle ère visant à l’identification de la drépanocytose comme problème de santé publique en Côte d’Ivoire. Plus qu’un plaidoyer, c’est un cri du cœur qu’ont lancé Me Amand Patricia, de l’association des drépanocytaires de Côte d’Ivoire (Adci), Urbain Yahaut de la fédération sacré Cœur et Dr. Meité N’dogomo, médecin hématologue au Chu de Yopougon. « Notre plaidoyer, c’est de toucher nos premières dames qui ont été à la tête de la lutte, pour un plaidoyer devant les pouvoirs publics pour que cette maladie soit classée au rang de problème de santé publique et parmi les priorités en matière de santé. Aussi rendre les tests néonataux obligatoires et surtout le test prénuptial obligatoire. Il faut que des textes soient pris dans ce sens » a plaidé Amand Patricia. Selon Urbain Yahaut, il faut « Dépister toutes les personnes résidant en Côte d’Ivoire dès l’âge de trois mois et le dépistage pour que chacun sache son statut évitant ainsi les mariages consanguins. Déconseiller les mariages consanguins et les unions entre personnes porteuses de la drépanocytose ».

Et pour cela, seule la mise en place d’un Programme de lutte contre la drépanocytose pourrait aider à résoudre définitivement ce problème de santé publique. La célébration de cette 3ème édition placée sur le thème « Rendre l’invisible visible » sera marquée par un concert de charité qui se tiendra à l’Institut Français, le 29 juin. Découverte en 1905, c’est seulement en 2009 que cette maladie a figuré dans les priorités de l’Oms pour la zone Afrique et occupe le quatrième rang dans les priorités après le cancer, le Sida et le paludisme. Soit plus d’un siècle après.

J.P
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment