Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Les groupes parlementaires de l’opposition se retirent du processus de révision de la Constitution

Publié le vendredi 13 mars 2020  |  AIP
Déclaration
© Abidjan.net par Serge T
Déclaration des groupes parlementaires de l’opposition relative au projet de Modification de la constitution
Jeudi 12 Mars 2020 Abidjan: les groupes parlementaires de l`opposition ( PDCI-RDA, Vox Populi et Rassemblement ) ont annoncé qu’ils se retirent des travaux portant modification de la constitution.


Abidjan, Les groupes parlementaires de l’opposition disent non au projet de révision de la Constitution et ont décidé de se retirer du processus de révision de la loi fondamentale de la Côte d’Ivoire, a déclaré jeudi la porte-parole, Yasmina Ouégnin, dans un point de presse au siège du Parti démocratique de Côte d‘Ivoire (PDCI-RDA) à Abidjan.

Les groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement et Vox Populi dénoncent les délais d’examen « imposés dans la précipitation aux parlementaires, c’est-à-dire moins d’une semaine seulement pour un projet d’une si grande importance qui engage la Nation toute entière ».

Selon Yasmina Ouégnin, cinq de leurs collègues Députés, détenus, en attente de jugement, se trouvent dans l’impossibilité de déléguer leurs votes par procuration alors que selon l’article 7 de la Constitution du 8 novembre 2016 consacrant la présomption d’innocence, ils jouissent encore de leurs droits politiques.

Les Parlementaires ivoiriens ont été invités le 5 mars 2020 à se réunir en Congrès sur convocation du Président de la République pour entendre son discours sur l’état de la Nation. Le chef de l’Etat a annoncé qu’un projet de révision constitutionnelle portant sur les articles, 55, 56, 57, 59, 62, 74, 79, 90, 94, 101, 102, 134, 143, 144, 146 à 151, 160, 177, 181 et 182 sera soumis au Parlement. Ces modifications s’articulent autour de trois grandes reformes touchant le Pouvoir exécutif, le Pouvoir législatif et le Pouvoir judiciaire.

L’ensemble des modifications projetées touchent le Cœur même de la Constitution, avec notamment, le statut du Vice-Président de la République et la continuité du mandat parlementaire. Si cette réforme est adoptée, le Vice-Président serait désormais nommé par le Président élu, avec l’accord du Parlement dont le mandat courrait au-delà du terme constitutionnel indiqué.

Les groupes parlementaires de l’opposition estiment qu’il s’agit en réalité d’une nouvelle Constitution et non d’une révision Constitutionnelle, ce qui devrait appeler à une consultation du peuple par Référendum.

(AIP)

gak/tm
Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment